Les CPE se mobilisent contre les coupures

Marie Pier Lécuyer mariepier.lecuyer@tc.tc Publié le 14 janvier 2016

©TC Media - Archives

COMPRESSIONS. L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), de passage en Outaouais pour lancer sa campagne nationale de mobilisation, dénonce vivement les compressions de 120 millions $ annoncées par le gouvernement pour 2016-2017.

La campagne a été lancée avec le dévoilement de la bannière qui sera installée devant certains CPE. L’AQCPE ne demande ni plus ni moins que l’annulation des coupures annoncées, qui représentent 12% par établissement.

Depuis 2006, les CPE ont dû effectuer des coupures de près de 500 millions $. «Le réseau des services de garde éducatifs a assez donné» insiste le président-directeur général de l’AQCPE, Louis Sénécal.

Il en a profité pour décocher quelques flèches au gouvernement actuel. «Le gouvernement Couillard est certainement le gouvernement le plus hostile aux familles depuis les vingt dernières années», indique Louis Sénécal.

L’AQCPE prévoit plusieurs actions au cours des prochaines semaines que ce soit par des lettres de parents et de directions de CPE aux élus, des appels à leur bureau et une pétition électronique et papier. Puis, le 5 février, une importante manifestation aura lieu à Montréal.

La mobilisation pourrait aussi aller jusqu’à l’interruption de services dans les CPE de façon ponctuelle. «Les parents qui voudront aller jusque-là vont participer à un effort supplémentaire», note Louis Sénécal. Le tout pourrait se dérouler à la fin du mois de février ou au début du mois de mars. D’une région à l’autre, le nombre d’heures ou de journées réduites pourrait varier.

Selon ce dernier, l’impact des coupures annoncées pourrait être important. «Les services directs aux enfants vont être affectés», note-t-il. Les heures des éducatrices pourraient notamment être touchées.

Puis au total, 2000 postes d’éducatrices au Québec seront coupés. «C’est l’équivalent en proportion au départ à la retraite des infirmières il y a vingt ans et on en parle comme d’un désastre pour le réseau de la santé.»

Les cuisinières pourraient aussi voir leurs heures diminuer de moitié. «Comment voulez-vous qu’on réussisse ce défi-là? Et si on le réussit, ce ne sera certainement pas avec la même qualité», déplore-t-il.

Puis, l’accueil des enfants pourrait se faire autrement qu’avec une éducatrice. «Le gouvernement nous dit que pour assurer l’accueil et le départ des enfants le soir et le matin, ce n’est pas obligatoire que ce soit une éducatrice. (…)Est-ce que le gouvernement veut réellement qu’on aille des stationnements à enfants?»

L’AQCPE demande aux familles et à la population de se mobiliser afin de forcer le gouvernement à annuler les coupures annoncées.

En manchette

Bernard Landry aurait bel et bien donné son appui à Sophie Stanké

POLITIQUE. Sous les projecteurs depuis le 19 juillet après que Bernard Landry ait démenti lui avoir accordé son appui, la candidate à l'investiture péquiste dans Marie-Victorin Sophie Stanké aurait bel et bien reçu l'appui de l'ancien premier ministre, qui se serait ensuite raviser sans avertir.

Trucs et astuces pour réagir à la pluie

ORGANISATION. La pluie a fait des siennes hier lors de la 2e journée du bloc 2 des Jeux du Québec. À part le basketball, disputé à l'intérieur, les athlètes de tous les sports ont goûté aux caprices de dame Nature, généreuse en orages et averses.

Les CPE se mobilisent contre les coupures

Marie Pier Lécuyer mariepier.lecuyer@tc.tc Publié le 14 janvier 2016

©TC Media - Archives


COMPRESSIONS. L’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), de passage en Outaouais pour lancer sa campagne nationale de mobilisation, dénonce vivement les compressions de 120 millions $ annoncées par le gouvernement pour 2016-2017.

La campagne a été lancée avec le dévoilement de la bannière qui sera installée devant certains CPE. L’AQCPE ne demande ni plus ni moins que l’annulation des coupures annoncées, qui représentent 12% par établissement.

Depuis 2006, les CPE ont dû effectuer des coupures de près de 500 millions $. «Le réseau des services de garde éducatifs a assez donné» insiste le président-directeur général de l’AQCPE, Louis Sénécal.

Il en a profité pour décocher quelques flèches au gouvernement actuel. «Le gouvernement Couillard est certainement le gouvernement le plus hostile aux familles depuis les vingt dernières années», indique Louis Sénécal.

L’AQCPE prévoit plusieurs actions au cours des prochaines semaines que ce soit par des lettres de parents et de directions de CPE aux élus, des appels à leur bureau et une pétition électronique et papier. Puis, le 5 février, une importante manifestation aura lieu à Montréal.

La mobilisation pourrait aussi aller jusqu’à l’interruption de services dans les CPE de façon ponctuelle. «Les parents qui voudront aller jusque-là vont participer à un effort supplémentaire», note Louis Sénécal. Le tout pourrait se dérouler à la fin du mois de février ou au début du mois de mars. D’une région à l’autre, le nombre d’heures ou de journées réduites pourrait varier.

Selon ce dernier, l’impact des coupures annoncées pourrait être important. «Les services directs aux enfants vont être affectés», note-t-il. Les heures des éducatrices pourraient notamment être touchées.

Puis au total, 2000 postes d’éducatrices au Québec seront coupés. «C’est l’équivalent en proportion au départ à la retraite des infirmières il y a vingt ans et on en parle comme d’un désastre pour le réseau de la santé.»

Les cuisinières pourraient aussi voir leurs heures diminuer de moitié. «Comment voulez-vous qu’on réussisse ce défi-là? Et si on le réussit, ce ne sera certainement pas avec la même qualité», déplore-t-il.

Puis, l’accueil des enfants pourrait se faire autrement qu’avec une éducatrice. «Le gouvernement nous dit que pour assurer l’accueil et le départ des enfants le soir et le matin, ce n’est pas obligatoire que ce soit une éducatrice. (…)Est-ce que le gouvernement veut réellement qu’on aille des stationnements à enfants?»

L’AQCPE demande aux familles et à la population de se mobiliser afin de forcer le gouvernement à annuler les coupures annoncées.