Le dossier d'Énergie Est "affecte l'unité du pays", estime Ambrose

Publié le 25 janvier 2016

Rona Ambrose

©PC

OTTAWA. Le dossier du pipeline Énergie Est "affecte l'unité du pays", déplore la chef conservatrice intérimaire Rona Ambrose.

Mais alors qu'elle assure ne pas vouloir jeter de l'huile sur le feu, elle s'en prend elle aussi au maire de Montréal, Denis Coderre, et l'enjoint à considérer le projet de TransCanada en se basant sur la "science" plutôt que du point de vue de la "pure politique locale".

M. Coderre et les maires de la région de Montréal ont exprimé la semaine dernière leur désaccord devant le projet de TransCanada pour acheminer du brut de l'Alberta vers le Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

S'en est suivi une avalanche de critiques provenant de l'Ouest, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, allant jusqu'à sous-entendre que le Québec devrait rembourser ses paiements de péréquation.

Lundi, jour de rentrée aux Communes, Mme Ambrose a soutenu que l'Ouest du pays avait besoin de l'appui du reste du Canada, alors qu'il traverse une période difficile avec la chute du prix du pétrole.

Elle a confié trouver "malheureux" que M. Coderre "insulte les Albertains" et s'oppose à "un pipeline qui n'a même pas encore été construit".

En manchette

L'été 2016 : le plus chaud depuis trois ans

MÉTÉO Le temps chaud qui a enfin décidé de se pointer le bout du nez, n'est pas prêt de repartir de sitôt. C'est ce que prédisent les météorologues de MétéoMédia. Un scénario intéressant pour les amoureux de la chaleur!

Le dossier d'Énergie Est "affecte l'unité du pays", estime Ambrose

Publié le 25 janvier 2016

Rona Ambrose

©PC


OTTAWA. Le dossier du pipeline Énergie Est "affecte l'unité du pays", déplore la chef conservatrice intérimaire Rona Ambrose.

Mais alors qu'elle assure ne pas vouloir jeter de l'huile sur le feu, elle s'en prend elle aussi au maire de Montréal, Denis Coderre, et l'enjoint à considérer le projet de TransCanada en se basant sur la "science" plutôt que du point de vue de la "pure politique locale".

M. Coderre et les maires de la région de Montréal ont exprimé la semaine dernière leur désaccord devant le projet de TransCanada pour acheminer du brut de l'Alberta vers le Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

S'en est suivi une avalanche de critiques provenant de l'Ouest, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, allant jusqu'à sous-entendre que le Québec devrait rembourser ses paiements de péréquation.

Lundi, jour de rentrée aux Communes, Mme Ambrose a soutenu que l'Ouest du pays avait besoin de l'appui du reste du Canada, alors qu'il traverse une période difficile avec la chute du prix du pétrole.

Elle a confié trouver "malheureux" que M. Coderre "insulte les Albertains" et s'oppose à "un pipeline qui n'a même pas encore été construit".