Le doute plane sur le nombre de parrainage privé de réfugiés syriens

Publié le 29 janvier 2016

Arrivés de réfugiés syriens à Toronto.

©PC

RÉFUGIÉS. Grâce à des soirées dans des bars, à des sites de financement collectif, à des soupers spaghetti dans des sous-sols d’églises et à des foires d’artisanat, des milliers de Canadiens tentent actuellement de ramasser l’argent nécessaire pour parrainer des réfugiés syriens.

Il est toutefois difficile de déterminer combien de demandeurs d’asile syriens parrainés de manière privée le Canada finira par accueillir.

Le programme des libéraux vise à amener le total à 25 000 réfugiés syriens au pays d’ici la fin du mois de février — auxquels doivent s’ajouter 25 000 autres d’ici la fin de l’année. Selon le plan initial, environ 10 000 du premier contingent de réfugiés devaient être parrainés par le secteur privé.

Mais des renseignements récemment divulgués par le gouvernement indiquent qu’à la mi-décembre, les demandes de parrainage privées étaient insuffisantes.

Des données fournies à la Chambre des communes en réponse à une question du Nouveau Parti démocratique (NDP) montrent qu’entre le 1er janvier et le 15 décembre 2015, le gouvernement a reçu des requêtes de parrainage privé pour 8214 personnes.

Sur le lot, 551 requêtes ont été présentées en octobre dernier, un mois après que la photo du corps d’un bambin syrien qui s’était noyé en essayant de traverser la Méditerranée avec sa famille eut braqué les projecteurs sur la situation désespérée des 4,6 millions de personnes essayant de fuir la guerre en Syrie.

Le débat national qui avait suivi, à savoir si le Canada en faisant assez pour aider les migrants, a poussé de nombreux Canadiens à s’inscrire au programme de parrainage privé du gouvernement. Parmi eux, la Torontoise Devon Klaas.

Par l’entremise de Facebook, Mme Klaas a trouvé sept autres personnes souhaitant unir leurs forces pour parrainer un réfugié. Elles ont recueilli des fonds et tentent maintenant de trouver une famille à qui prêter main-forte.

“Ça pourrait prendre encore des mois, mais ça pourrait aussi arriver la semaine prochaine”, a-t-elle affirmé.

Selon les données, le délai de traitement pour les demandes de parrainage privé était en moyenne de 10 mois l’an dernier.

Si les libéraux se disent toujours prêts à accueillir 25 000 réfugiés pris en charge par le gouvernement d’ici la fin de l’année, ils n’ont toutefois pas précisé combien de demandeurs d’asile parrainés par le secteur privé ils comptaient recevoir.

“Le nombre final de réfugiés syriens parrainés de manière privée qui seront réinstallés au Canada dépendra, d’une part, du nombre de répondants du secteur privé qui manifesteront un intérêt pour le parrainage et, d’autre part, du Plan des niveaux d’immigration pour 2016 qui sera présenté au cours des prochaines semaines”, a déclaré le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration.

Au 26 janvier, 14 003 Syriens avaient mis les pieds au Canada depuis le 4 novembre, dont 8004 pris en charge par le gouvernement, 5112 parrainés par le secteur privé et 887 dans le cadre d’un programme mêlant public et privé. Près de 6000 autres Syriens ont reçu l’approbation pour venir s’installer au Canada, mais ne sont pas encore arrivés au pays.