Pénurie de bacs à seringues souillées

Roxane Léouzon web@journalmetro.com Publié le 19 février 2016

©TC Media - Archives

SANTÉ. L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires déplore que la Direction générale de santé publique n’octroie toujours pas de quantités suffisantes de bacs pour seringues souillées destinés aux particuliers.

Selon un programme du gouvernement, les personnes qui doivent s’injecter des médicaments peuvent déposer leurs seringues utilisées dans des bacs spécialement prévus à cet effet, qu’ils peuvent se procurer gratuitement dans des pharmacies ou les CLSC, et les rapporter dans les pharmacies afin qu’ils soient disposés adéquatement. Or, depuis des changements administratifs effectués dans ce programme par le ministère de la Santé en juin dernier, plusieurs pharmacies sont en rupture de stock.

«Certaines pharmacies ont fait une demande en octobre dernier et ils n’en ont toujours pas reçu», a déploré Jean Thiffault, président de l’AQPP, qui croit que le gouvernement essaie de faire des économies en limitant les quantités de contenants distribués.

L’attachée de la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, ne semble pas observer de problème, soulignant que les citoyens peuvent se procurer des collecteurs d’aiguilles à divers endroits.

Malgré tout, Diabète Québec affirme avoir reçu depuis le printemps beaucoup d’appels de citoyens ayant de la difficulté à trouver ces bacs.

M. Thiffault constate de son côté que plusieurs citoyens ramènent leurs seringues souillées dans des contenants inappropriés, causant plusieurs accidents. «Mon livreur s’est piqué parce que quelqu’un avait mis des seringues dans un sac. Il a dû prendre des médicaments pendant plusieurs semaines pour s’assurer qu’il n’avait pas été infecté», a-t-il rapporté.

Pénurie de bacs à seringues souillées

Roxane Léouzon web@journalmetro.com Publié le 19 février 2016

©TC Media - Archives


SANTÉ. L’Association québécoise des pharmaciens propriétaires déplore que la Direction générale de santé publique n’octroie toujours pas de quantités suffisantes de bacs pour seringues souillées destinés aux particuliers.

Selon un programme du gouvernement, les personnes qui doivent s’injecter des médicaments peuvent déposer leurs seringues utilisées dans des bacs spécialement prévus à cet effet, qu’ils peuvent se procurer gratuitement dans des pharmacies ou les CLSC, et les rapporter dans les pharmacies afin qu’ils soient disposés adéquatement. Or, depuis des changements administratifs effectués dans ce programme par le ministère de la Santé en juin dernier, plusieurs pharmacies sont en rupture de stock.

«Certaines pharmacies ont fait une demande en octobre dernier et ils n’en ont toujours pas reçu», a déploré Jean Thiffault, président de l’AQPP, qui croit que le gouvernement essaie de faire des économies en limitant les quantités de contenants distribués.

L’attachée de la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, ne semble pas observer de problème, soulignant que les citoyens peuvent se procurer des collecteurs d’aiguilles à divers endroits.

Malgré tout, Diabète Québec affirme avoir reçu depuis le printemps beaucoup d’appels de citoyens ayant de la difficulté à trouver ces bacs.

M. Thiffault constate de son côté que plusieurs citoyens ramènent leurs seringues souillées dans des contenants inappropriés, causant plusieurs accidents. «Mon livreur s’est piqué parce que quelqu’un avait mis des seringues dans un sac. Il a dû prendre des médicaments pendant plusieurs semaines pour s’assurer qu’il n’avait pas été infecté», a-t-il rapporté.