Option Longueuil n’appuie pas l’interdiction des sacs de plastique… pour l’instant

Option Longueuil n’appuie pas l’interdiction des sacs de plastique… pour l’instant

Le président d’Omniplast Marc Robitaille a fait visité l’usine à la candidate à la mairie Sadia Groguhé.

Crédit photo : Photo: Ali Dostie - Le Courrier du Sud

ÉLECTIONS. Une administration Sadia Groguhé n’adopterait aucun règlement interdisant les sacs d’emplettes en plastique sur le territoire de Longueuil, tant et aussi longtemps qu’une étude attendue de Recyc-Québec sur la pertinence de l’interdiction de ces sacs soit publiée.

Lors d’un point de presse teu à l’usine d’Omniplast, dans l’arr. de Saint-Hubert, Mme Groguhé était accompagné du président de l’entreprise et porte-parole de l’Association canadienne de l’industrie des plastiques, Marc Robitaille. Fait rare, deux compétiteurs, Omniplast et LogoBec, autre entreprise fabriquant des sacs de plastique à Longueuil, ainsi que Novaflex, fournisseur de plaques d’impression, soutiennent Option Longueuil dans la campagne.

Mme Groguhé est l’unique candidate à la mairie à avoir répondu à l’invitation de M. Robitaille.

Le parti demande à Recyc-Québec de publier, avant la fin de l’élection, l’étude existante qui s’est penché sur la nécessité ou non de bannir les sacs de plastique.

«Nous devons nous fier sur des données scientifiques, des informations probantes pour prendre une décision basée sur des faits», fait valoir la candidate.

Suivant les recommandations de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), Brossard a interdit les sacs d’emplette en plastique depuis plus d’un an et Saint-Lambert a récemment adopté un règlement en ce sens., À Longueuil, un projet de règlement a été adopté en août.

Mme Groguhé se défend d’aller à contre-courant. «Je ne vais pas à contre-courant, mais je ne suis pas la vague. Il y a une étude qui existe, il faut la rendre publique. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs», illustre-t-elle.

Selon M. Robitaille qui, en tant que représentant de l’industrie du plastique, a vu les résultats préliminaires de l’étude, une «pression politique» empêcherait Recyc-Québec de dévoiler le document.

Sadia Groguhé

100 emplois directs

Sadia Groguhé s’est aussi portée à la défense des 100 emplois directs et 500 emplois indirects touchés par l’industrie des sacs de plastique à Longueuil.

«Les emplois sont importants, car derrière chaque emploi, il y a un travailleur et une famille, souligne Mme Groguhé. L’ancien régime et le parti qui en a découlé sont prêts à laisser partir ces emplois, sans se fier aux données scientifiques, a-t-elle accusé. Option Longueuil va se tenir debout pour soutenir les emplois.»

Des sacs plus épais?

Marc Robitaille a félicité la candidate à la mairie d’agir «de façon responsable» et de refuser de «suivre la ligne de conduite de Montréal» et la tendance initiée par la CMM. «Il est temps qu’on ramène la science et que l’on mette de côté le populisme», a-t-il déploré.

Le porte-parole de l’Association canadienne de l’industrie des plastiques rappelle que l’utilisation des sacs de plastique a été réduite de 50% au Québec, selon une base volontaire, et que 90% des sacs utilisés sont recyclés.

«Nous sommes confiants que les sacs ont leur place, s’ils sont utilisés de façon écoresponsable, a-t-il indiqué. Reste à trouver le courage politique de publier l’étude.»

Le projet de règlement élaboré par Longueuil, qui interdirait les sacs de plastique conventionnel d’une épaisseur inférieure à 50 microns, exigerait ainsi de tripler l’épaisseur des sacs, estime M. Robitaille, ce qui se traduirait par une multiplication par deux des coûts.»

Des employés d’Omniplast ont assisté au point de presse
  • Johanne Trudeau

    C’est bon de voir qu’elle ne suivra pas simplement la vague, mais qu’elle va étudier la situation avant de prendre une décision. Bravo Mme Groghué!!!