Ricardo poursuivi pour près de 14 000$ par un de ses voisins

Ricardo poursuivi pour près de 14 000$ par un de ses voisins

Ricardo Larrivée

POURSUITE. Le chef et animateur Ricardo Larrivée est impliqué dans une chicane de voisins. Jacques Saint-Georges réclame à son entreprise près de 14 000$ pour des dommages sur sa propriété de l’avenue de Rothesay, situé à deux pas des bureaux de Ricardo Média, à Saint-Lambert.

M. Saint-Georges, qui habite une maison centenaire située à proximité de la boutique et du café Ricardo, est furieux de l’attitude de l’homme d’affaires depuis son arrivée dans le quartier, rapportait Le Journal de Montréal en juin.

«Ricardo est arrivé ici avec ses gros sabots, comme s’il nous disait: “Tassez-vous, j’arrive!” a raconté M. St-Georges au quotidien montréalais. Je n’en veux pas directement à Ricardo et je ne veux pas en faire une chicane personnelle, mais je suis son seul voisin mitoyen et j’aurais aimé être traité avec respect.»

En 2013, la compagnie de gestion immobilière C2L2, détenue entre autres par Ricardo Larrivée et sa conjointe, a fait l’acquisition d’un terrain pour y construire une boutique et un café ainsi que les bureaux de Ricardo Média.

M. St-Georges soutient que sa clôture mitoyenne, son pavé uni, le revêtement de sa maison, la toiture et deux pergolas ont été endommagés lors des travaux. Et même si l’entreprise a réparé certains des dommages causés, beaucoup d’éléments auraient été selon lui ignorés.

De plus, le sexagénaire n’aurait pu profiter de sa cour arrière pendant deux étés, les travaux causant de la poussière et du bruit. Il affirme avoir souffert d’un burn-out en raison de ces désagréments.

M. St-Georges s’est tourné vers les petites créances l’an dernier pour réclamer 13 417$ à Ricardo Média.

De son côté, l’entreprise assure avoir réparé ce qui avait été abîmé lors des travaux et soutient que les dommages réclamés sont nettement exagérés.

Les deux parties ont accepté la médiation, qui devrait avoir lieu très prochainement.