La fièvre du baseball est palpable partout où passe Jacques Doucet

Succès des Blue Jays et initiatives de Denis Coderre

Pierre Loiselle cds.redaction@tc.tc
Publié le 17 septembre 2015

Pour Jacques Doucet l'arrivée de Russell Martin à Toronto et les matchs hors-concours des Blue Jays à Montréal au printemps ont lancé la fièvre du baseball au Québec.

©Photo: TC Media - Robert Côté

BASEBALL. Pendant que le Canadien est en rare pause médiatique et que les Alouettes et l'Impact font surtout parler d'eux à la suite de récents congédiements d'entraîneur, c'est une équipe de baseball de Toronto, les Blue Jays, qui fait vibrer les Québécois avec ses victoires à répétition.

Ce n'est pas le Longueuillois Jacques Doucet qui va s'en plaindre! La voix des Expos pendant 33 ans (1972 à 2004), maintenant descripteur des matchs des Blue Jays à TVA Sports, est appelé à décrire les faits et gestes d'une équipe en état de grâce qui, depuis une série d'acquisitions lumineuses du directeur général montréalais Alex Anthoupoulos, intimident même les puissants Yankees de New York avec la meilleure attaque de la ligue.

Les Blue Jays, qui jouaient pour .500 au milieu de l'été, sont maintenant au 3e rang des 30 équipes de la ligue et au 1er rang de la division Est de la Ligue américaine.Jeudi, ils comptaient 83 gains contre 62 revers.

Les fans bien présents

«Je sens la fièvre du baseball dans tous les lieux publics où je vais, lance Jacques Doucet. Quand je suis à la pharmacie ou au centre d'achats, on m'aborde sur les succès des Blue Jays et la possibilité du retour du baseball à Montréal comme jamais. L'arrivée de Russell Martin à Toronto et les matchs hors-concours des Jays à Montréal ce printemps ont joué pour beaucoup. Martin est un joueur établi dans les Majeures et aimé ici.»

Pour le descripteur, Alex Anthopoulos a fait les bonnes choses au bon moment. «Il était un peu sur la sellette, car on lui reprochait de ne pas avoir beaucoup bougé quand il était dans une situation similaire en 2014. Un de ses défenseurs, le président des Blue Jays Paul Beeston, se retirera bientôt et Anthopoulos n'avait plus le choix. Il a vraiment bien fait les choses. Lui qui avait déjà ajouté Josh Donaldson (108 points produits) et Russell Martin aux Jose Batista et Edwin Encarnation est allé chercher l'excellent arrêt-court Troy Tulowitzki en fin de période de transaction. Les joueurs étaient un peu sceptiques, eux qui souhaitaient de l'aide au monticule. Anthopoulos a ajouté le meilleur lancer partant possible, David Price et deux releveurs efficaces, LaTroy Hawkins et Aaron Sanchez, pour appuyer l'as Roberto Osuna (20 ans).»

Le directeur général a sacrifié plusieurs joueurs d'avenir pour relancer l'équipe. «Mais les dépisteurs des Blue Jays sont tellement efficaces qu'il reste encore d'excellents <I>prospects<I> pouvant se joindre au club d'ici deux ans, ajoute M. Doucet. De plus, Price est un leader. Dès son arrivée, il a dit qu'il fallait travailler et gagner immédiatement. Depuis, l'esprit d'équipe détonne à Toronto.»

Impressionné par Denis Coderre

Pour ajouter à l'optimiste de Jacques Doucet, le maire de Montréal Denis Coderre, un fervent amateur de baseball, fait des pieds et des mains pour un retour du baseball professionnel à Montréal.

«M. Coderre a toujours affiché cette passion et s'il s'est rapidement attiré les faveurs du commissaire du baseball, au point de peut-être obtenir la présentation de matchs de calendrier régulier chez nous prochainement. J'ose espérer qu'il a de sérieux arguments en support», dit-il avec optimisme, tout en reconnaissant que la baisse du dollar canadien peut faire mal à la cause qui lui est si chère.