Anthony Mantha épate sur le premier trio des Red Wings

Pierre Loiselle cds.redaction@tc.tc
Publié le 11 janvier 2017

Anthony Mantha a connu une séquence de six matchs de suite avec au moins un point pendant les Fêtes.

©Gracieuseté - Dan MAnnes/Red Wings

HOCKEY. Ce n'était qu’une question de temps avant qu’Anthony Mantha devienne un joueur régulier avec les Red Wings de Détroit. Et ce qu'il a réussi depuis son dernier rappel avec le grand club a chassé tous les doutes.

Le choix de 1er tour (10e au total) des Red Wings en 2013, rappelé des Griffins de Grand Rapids à la mi-novembre, est devenu un joueur indispensable au grand club, qui manquait de punch à l'attaque.

Après ses 22 premiers matchs avec les Wings, l'attaquant de 6' 5'' avait obtenu 16 points, dont 9 buts. Et du 17 décembre au 1er janvier, celui qui évolue sur le premier trio avec le vétéran Henrik Zetterberg et Tomas Tatar a obtenu au moins 1 point lors de 6 matchs consécutifs (5 buts et 4 passes).

Après deux, trois jours chez les siens à Longueuil avant la reprise des activités, Mantha se présentait à Ottawa le 29 décembre. Lors de cette soirée toute spéciale pour les Sénateurs, au cours de laquelle ils retiraient le numéro de Daniel Alfredson, Mantha a volé la victoire aux Ontariens, marquant en prolongation.

Puis, le 1er janvier, lors du premier match du Centenaire de la Ligue nationale, en plein air, au BMO Field de Toronto, les Maple Leafs allaient l'emporter quand Mantha a marqué un but égalisateur à moins de 2 secondes de la fin du match. Et même si la vedette des Leafs Austyn Matthews lui a remis la politesse en prolongation, les parents de Mantha – et surtout son grand-père de 80 ans, André Pronovost, ex-joueur des Canadiens (1957-61) et des Red Wings (1962-65) – avaient eu le temps de savourer le moment.

«Nous avons vécu un merveilleux temps des Fêtes, raconte le père du hockeyeur, Daniel Pronovost. Anthony est venu chez nous heureux comme jamais. Il nous a raconté comment il apprend avec Zetterberg et, lui qui est un gars de famille, a patiné avec nous sur la glace temporaire du BMO Field la veille du match. Mon père a patiné avec nous lui aussi. Ma mère est décédée l'été dernier et nous étions contents de faire vivre une si belle semaine à mon père.»

Il n'est pas surpris des succès de son fils. «Ce n'était pas facile de retourner à Grand Rapids à chaque fois qu'il se sentait près du but. Mais lorsqu'il est retourné à la fin du dernier camp d'entraînement, il était plus confiant que jamais. Il s'était entraîné très fort tout l'été et il n'a jamais cessé de regarder en avant.»

Interviewé par le Detroit Free Press après le match du Centenaire, Mantha a surtout rappelé qu'il jouait avec plus de confiance.

Des compliments de son entraîneur

«Anthony a le meilleur conseiller qui soit avec Henrik Zetterberg, a indiqué l’entraîneur des Red Wings Jeff Blashill au Detroit Free Press. Il a toutes les habiletés et est vraiment efficace, avec ses 6' 5'', quand il bouge beaucoup les pieds. Il le fait très bien depuis quelques matchs. Comme toutes les stars, il doit s'appliquer à la faire avec constance toute la saison et c'est son défi.»