L'Hubertine Naomy Flores-Cassista au Maroc… avec les garçons !

Coupe Danone des Nations

Pierre Loiselle cds.redaction@tc.tc
Publié le 10 juillet 2015

Naomy Flores-Cassista en action aux qualifications pour la Coupe Danone des Nations.

©Photo: Gracieuseté - Patrick Blart

SOCCER. Se classer parmi les 5000 participants à un championnat mondial de soccer est déjà un exploit rare, mais le faire en tant que fille dans une équipe de garçons l'est plus encore.

C'est pourtant ce qu'a réussi l'Hubertine Naomy Flores-Cassista, 12 ans, qui évolue avec le Spatial U14 F AAA. Elle représentera le Canada à la Coupe Danone des Nations, qui se tiendra en octobre au Maroc. Ce tournoi regroupe presque uniquement des garçons, puisque des 32 pays participants, seul deux font participer des filles, dont le Canada.

Celle qui a gagné la médaille d'argent avec l'équipe de la Rive-Sud aux Jeux du Québec à Longueuil en 2014 a passé à travers un long processus avec 5000 prétendants, puis 200, 50 et finalement, 11 joueurs choisis pour faire partie de l'équipe de l'Est du Canada, lors d'un camp de sélection final en mai.

Le 27 juin, l'Est du Canada a remporté le match final 4 à 0 contre l'Ouest au Stade Percival Molson, à Montréal. Naomy, qui a joué la moitié de la rencontre comme demi offensif, obtient donc son billet pour le Maroc, à sa 2e tentative pour participer à la Coupe.

Une 3e tentative réussie dans la famille

«Je vraiment très heureuse de vivre une expérience qui arrive une seule fois dans une vie et ce, à seulement 12 ans. Mon frère aîné Christophe, qui m'a influencée à jouer au soccer et qui évolue actuellement en U17 M AAA à Sainte-Julie, avait lui aussi tenté sa chance il y 5 ans, mais avait perdu la finale qui l'aurait conduit en Afrique du Sud», raconte la jeune joueuse.

Évoluer avec les garçons n'a rien d'intimidant pour Naomy, puisqu'elle l'a fait pendant trois ans à Longueuil. «Influencée par mon frère et mon père péruvien, j'ai démarré le soccer à 3 ans avec le Spatial. Grande et costaude, je progressais très vite, jusqu'à ce qu'à l'âge de 9 ans, je fasse la demande de jouer avec des garçons pour progresser plus rapidement. Ma demande a été acceptée à Longueuil, avec surclassement en plus, et je me suis retrouvée avec les garçons U10. Les contacts de me dérangeaient pas et pour moi, jouer avec des garçons de 10 ans était comme jouer avec des filles de 12 ans, avec du jeu plus rapide et plus physique.»

Mais en vieillissant, la nécessité de revenir avec les filles élite est apparue et le Spatial lui a offert un surclassement de deux ans. Elle joue maintenant avec le U14 F AAA de Saint-Hubert.

«Avec toutes mes expériences, je pense avoir développé beaucoup de confiance en moi. Je n'ai pas peur des contacts et je prends quand même le temps d'utiliser ma vision du jeu et de faire de bons choix plutôt que de simplement me débarrasser du ballon en situation de stress. Je suis particulièrement à l'aise pour repérer les espaces libres où faire un jeu et envoyer mes partenaires. Je suis aussi confortable quand j'exécute des coups francs et des tirs de pénalité, ce qui me permet de marquer au besoin.»

Spectatrice de la Coupe du monde

Naomy espère se classer sur l'équipe du Québec U14 dès l'an prochain, à l'âge de 13 ans. À long terme, elle se voit dans l'équipe nationale et elle a suivi avec assiduité la toute récente Coupe du monde féminine.

«Je suis allée au Stade olympique pour quatre matchs. Celui du Costa Rica contre la Corée m'a le plus impressionnée tellement le Costa Rica m'a surprise au niveau technique. Mon équipe préférée était le Brésil, avec Martha, mais malheureusement, elle a rapidement été éliminée.»