Marc-Olivier Vallerand effectuera un retour en Autriche

Marc-Olivier Vallerand effectuera un retour en Autriche

Marc-Olivier Vallerand a totalisé 65 points la saison dernière.

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

Le joueur de hockey en exil outremer Marc-Olivier Vallerand a signé un contrat d’un an avec le EHC Lustenau, en Autriche, après une saison durant laquelle il a terminé au premier rang des buteurs de la Elite Ice Hockey League (EIHL) avec le Blaze de Coventry, en Angleterre.

À LIRE AUSSI: Marc-Olivier Vallerand dominant au sein d’une équipe à petit budget

Le natif de Longueuil fera donc le saut dans la Alps Hockey League (AlpsHL), qu’il a connu en 2016-2017, avant qu’elle change de nom à la suite d’une fusion.

«Je sais un peu à quoi m’attendre, je connais pas mal les places où je vais jouer, admet l’attaquant de 28 ans. Ce sera un défi semblable à l’Angleterre mais avec un peu plus de pression.»

Marc-Olivier Vallerand n’explique pas sa décision par le calibre de hockey de la EIHL, qu’il dit comparable à la AlpsHL, mais plutôt par le fait de passer d’une équipe à petit budget à une qui se veut plus compétitive.

«C’est un peu pour ça que j’ai signé avec eux. C’est une équipe qui voit grand et qui va chercher des joueurs pour bien performer. On ne va pas terminer dans les 2 ou 3 premiers, mais c’est une équipe qui va faire sa place en série», indique-t-il.

Question de style de vie
La principale motivation de son changement d’adresse provient du style de vie qu’il menait en Angleterre et de ses contraintes.

«J’ai voulu jouer en Europe pour avoir un style de vie plus plaisant et vivre de nouvelles expériences. Cette ligue ne le permettait pas assez à mon goût, laisse entendre Marc-Olivier Vallerand. Si je voulais seulement faire de l’autobus et jouer au hockey, je serais en Amérique à tenter ma chance.»

La Alps HL lui offrira un calendrier de 44 parties, alors que celui de la EIHL peut monter jusqu’à 72 rencontres incluant la pré-saison, les séries et les diverses coupes et un horaire routinier.

L’après carrière
Marc-Olivier Vallerand n’en est pas au point de préparer son après-carrière. Il n’a vécu que pour le hockey dans les dernières années. Il s’agit d’ailleurs d’une raison pour laquelle il ne faudrait pas se surprendre de le voir réapparaître dans la EIHL dans un avenir à moyen terme.

«C’est une ligue qui offre un programme d’école. Ils t’offrent moins d’argent, mais ils payent l’école. C’est quelque chose que je pourrais regarder dans les trois ou quatre années à venir.»

Un retour en Amérique ou plus près, au Québec, pourrait-il être une option?

«Ce n’est pas dans mes objectifs, mais je ne sais pas ce qui peut arriver. L’avenir le dira. J’ai trop de vécu dans le monde du hockey pour confirmer des choses comme celles-là», conclut-il, avec sagesse.

D’ici le début de la saison, Marc-Olivier Vallerand passera l’été à Québec, où il s’est s’installé après son passage junior chez les Remparts.

Poster un Commentaire

avatar