50 embarcations inspectées pour prévenir la propagation d’espèces envahissantes

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
50 embarcations inspectées pour prévenir la propagation d’espèces envahissantes
(Photo : Denis Germain - Le Courrier du Sud)

Des agents de protection de la faune et des biologistes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), accompagnés d’agents de Pêches et Océans Canada, ont inspecté 50 embarcations les 27 et 28 juin, au parc de l’Île Charron. Leur but? Prévenir la propagation d’espèces aquatiques envahissantes et sensibiliser les plaisanciers à l’importance du nettoyage.

Lors de l’opération, les agents ont vérifié la présence de résidus végétaux ou animaux et, au besoin, ont procédé au nettoyage de l’embarcation.

Espèces indésirables

Un gobie à taches noires sur un lit de moules zébrées (Photo: Eric Engbretson – Service de la Faune des États-Unis)

«La moule zébrée, le myriophylle à épi, le gobie à taches noires et la tanche sont les espèces aquatiques envahissantes qu’on retrouve le plus dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de l’Île Charron», explique le biologiste du MFFP et chef de la division des espèces aquatiques envahissantes.

Ces organismes – mollusque, plante et poissons – ont tous des impacts négatifs s’ils sont introduits dans une zone hors de leur habitat naturel, que ce soit pour l’environnement, l’économie ou la société.

«La moule zébrée, par exemple, qui est un mollusque filtreur, fera diminuer grandement la quantité de nourriture pour les autres espèces, expose M. Morissette. Elle peut également obstruer les canalisations publiques. Le myriophylle à épi, lui, forme un tapis dense qui peut faire diminuer la valeur foncière des habitations en bordure des plans d’eau.»

Le nettoyage des embarcations et équipements est la solution numéro un pour prévenir la propagation de ces espèces néfastes.

«On encourage les plaisanciers à effectuer une bonne inspection de leur embarcation et de leur équipement pour enlever tous les débris, indique le biologiste. On invite aussi les gens à ne pas relâcher des espèces animales ou des plantes dans le milieu naturel.»

Actions concertées

Il s’agissait de la deuxième année du Landing Blitz, une opération concertée entre les deux provinces canadiennes et les huit États américains qui bordent les Grands Lacs.

Des opérations similaires ont ainsi été tenues dans les deux dernières semaines en Ontario, au Minnesota, au Wisconsin, en Illinois, en Indiana, au Michigan, en Ohio, en Pennsylvanie et dans l’État de New York.

Pandémie oblige, un seul événement a été organisé cette année au Québec, contrairement à quatre l’an dernier.

«La majorité des plaisanciers ont une connaissance variable des espèces aquatiques envahissantes, mais tous apprécient ce genre d’activité et sont intéressés à en apprendre plus», conclut Olivier Morissette.

Le myriophylle à épi (Photo: Donald Hobern – Wikimedia Commons)

Prévenir la propagation

Voici quelques conseils à respecter pour prévenir la propagation des espèces aquatiques envahissantes.

  • Inspecter l’embarcation, le moteur, la remorque et tout l’équipement et retirer tous les amas et résidus de plantes aquatiques, toute la boue et tous les organismes visibles à l’œil nu. Il importe de les jeter aux ordures pour prévenir leur réintroduction dans le milieu naturel.
  • Vider toute eau pouvant se trouver dans l’embarcation ou l’équipement, comme dans les viviers, le moteur, la cale et les glacières avant de quitter le plan d’eau.
  • Nettoyer et sécher l’embarcation, la remorque ainsi que tout équipement ayant été en contact avec l’eau.
  • Répéter ces étapes à chaque visite d’un nouveau plan d’eau.
  • Jeter les appâts vivants, les vers et les morceaux de poisson dans les ordures. Ne pas en disposer dans un plan d’eau. Vider l’eau du seau à appât au sol et nettoyer le seau. Ne pas puiser de l’eau d’un lac ou d’une rivière avec le seau s’il contient encore de l’eau provenant d’un autre plan d’eau.
  • Ne jamais jeter à l’eau des poissons ou des espèces vivantes provenant d’un autre plan d’eau.

Pour plus d’informations sur la prévention des espèces aquatiques envahissantes, consultez le Guide des bonnes pratiques.

Pour plus d’informations sur les espèces envahissantes, visitez la section spéciale du site Web du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des