50e du RSEQ Montérégie: de la mintonette à la plus grande ligue scolaire de volleyball au Québec

50e du RSEQ Montérégie: de la mintonette à la plus grande ligue scolaire de volleyball au Québec
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Reportage de Benoit Lussier, du RSEQ (Réseau du sport étudiant du Québec) Montérégie

Le volleyball a fait partie des premières disciplines offertes par la nouvelle Association régionale du sport scolaire Richelieu (ARSSR) en 1969.

Sur la photo, on aperçoit Ludovic Herrera, joueur du collège Français de Longueuil, en 2015.

Sans tarder, deux équipes juvéniles représentant la région ont participé au premier championnat provincial, à Hull, le 4 avril 1970. Douze instances régionales sur les quatorze étaient représentées. Cette compétition provinciale s’est conclue par un banquet présidé par le délégué du ministère de l’Éducation Paul Ohl, responsable du sport scolaire.

En 1981-1982, on comptait 55 équipes cadettes et juvéniles, regroupant 550 joueurs dans les ligues du Richelieu. Le championnat de fin de saison a été organisé conjointement avec la finale régionale des Jeux du Québec.

La participation grandissante des écoles a amené l’Association à créer quatre sections en 1987-1988: Sud-Est, Sud-Ouest, Chambly et South Shore.

Les joueurs benjamins ont pu intégrer les ligues de volleyball à compter de de la saison 1988-1989. Puis, avec un nombre d’équipes de différents calibres de jeu, en 2007-2008, les écoles ont assisté à l’implantation de la division A en cadet et juvénile féminin. Le développement du volleyball féminin s’est poursuivi en 2008-2009 avec la création de la ligue en benjamin A.

Des activités spéciales

La Classique de volleyball étudiant a vu le jour le 19 novembre 1983 grâce à l’initiative de l’Association régionale du sport étudiant Québec. Le tournoi mettait en vedette près de 850 athlètes provenant des trois secteurs: scolaire (cadet), collégiale et universitaire. Au total, 69 équipes ont pris part aux 300 parties prévues sur 18 courts, réparties dans 6 écoles de la région. Le travail de 45 officiels et d’une centaine de bénévoles a été nécessaire pour assurer le bon déroulement des 12 heures de compétition.

À l’instar des événements provinciaux, l’Association a elle aussi présenté sa Classique à compter de 1989. Lors de la première édition, plus de 220 joueurs de catégories cadette et juvénile y ont participé. La compétition servait de qualification pour le tournoi provincial. Les derniers matchs dans le cadre de cette classique automnale ont eu lieu en 2013.

Certains joueurs ont eu la chance de participer aux matchs des étoiles à compter de 1991. Quatre parties étaient au programme de la journée dans les catégories cadette et juvénile. Dans certaines éditions, les joueurs étoiles étaient confrontés à la meilleure équipe de la catégorie. Malheureusement, le taux de participation a considérablement diminué au cours des années et l’activité avait perdu de son lustre. Les dernières parties des étoiles ont eu lieu en 1994.

De nouvelles propositions

Dans le but d’augmenter la participation chez les benjamines, l’Association a proposé une formule de jeu 4 X 4 pour la saison 2004-2005. Aux dires de la directrice générale Sylvie Cornellier, l’expérience n’a pas été concluante et le projet n’a duré qu’un an. Dans le même ordre d’idées, à la demande du RSEQ, cette formule a été proposé du côté des garçons en 2013-2014. L’idée est restée lettre morte pour les équipes de la Montérégie.

Le RSEQ a souhaité mettre sur pied une ligue provinciale de calibre AAA en 1989. Toutefois, les écoles n’étaient pas prêtes à voyager autant. Le championnat provincial dans la catégorie juvénile a donc permis aux 8 meilleures équipes de s’affronter pour la grande finale de la saison. Par ailleurs, la ligue d’excellence D1 a vu le jour à la saison 2015-2016.

Une croissance fulgurante

Le volleyball scolaire en Montérégie n’a cessé de croitre. Au début des années 1980, on dénombrait 550 participants. Une décennie plus tard, le nombre de joueurs s’élevait à 1221. Puis le début des années 2000 a marqué un point tournant en volleyball en ce qui concerne le taux de participation. L’an dernier, un sommet inégalé de 2345 volleyeurs ont participé aux activités du réseau pour en faire la discipline #1 de la région.

La directrice générale Sylvie Cornellier n’est pas surprise de l’évolution et de l’engouement du volleyball dans la région.

«Nous avons toujours été proactifs. Nous avons répondu aux besoins de nos membres, tant sur le plan compétitif que récréatif. Grâce à des intervenants passionnés, la flamme du volleyball est toujours demeurée vive dans nos écoles», a-t-elle raconté.

Des enjeux toujours d’actualité

Avec une participation grandissante à travers toute la région, l’enjeu de l’arbitrage est rapidement survenu. Le nombre d’officiels n’a pas suivi avec la progression du bassin de joueurs et des équipes.

Les années 2000 à 2003 ont été les plus touchées. Considérant la hausse fulgurante des activités en gymnase, la problématique de la disponibilité des plateaux a causé bien des soucis aux organisateurs.

Une présence remarquée aux championnats provinciaux

Les équipes de la Montérégie se sont toujours bien démarquées sur la scène provinciale. Les succès n’ont d’ailleurs pas tardé. Les années 1980 ont donné lieu à de fréquents podium pour les athlètes de la région.

«Cette région se présente annuellement aux finales provinciales avec des équipes des plus représentatives et qui vogue cette année de victoires en victoires», écrivait La Tribune en avril 1980.

D’après La Presse, une saine rivalité régnait au début des années 1980 entre les équipes du Richelieu et celles de l’Abitibi-Témiscamingue lors des championnats provinciaux. Il s’agissait de deux «éternels rivales».

À cette époque, des honneurs individuels étaient même décernés lors des provinciaux. Par exemple, deux médaillés d’or de l’édition 1981, Stéphane Kelly et Bruno Ouellet (polyvalente Marcel-Landry), ont été reconnus pour leur excellence en défensive.

L’histoire du volleyball a été marqué par la présentation des Jeux scolaires de 1988, l’unique moment du sport scolaire où tous les championnats provinciaux ont été regroupés. Plus de 3500 jeunes ont participé à 10 disciplines lors des festivités du 20e anniversaire de la Fédération du Sport étudiant. La Montérégie a mérité la médaille d’or en volleyball.

Les athlètes juvéniles ont eu le privilège pendant bien des années de participer seuls au championnat provincial. En effet, les joueurs cadets ont rejoint la compétition en 1989 et les benjamins en 1990.

Plus récemment, la Montérégie a obtenu 7 médailles lors de la compétition provinciale en 2017-2018. De 2015 à 2017, les volleyeurs montérégiens ont monté sur le podium à 12 occasions. Les écoles vedettes de cette période fastes sont: le collège Français, l’école De Mortagne, le collège Durocher Saint-Lambert, l’école Joseph-Hermas-Leclerc et le collège Jean de la Mennais.

L’an dernier, l’école De Mortagne a terminé les provinciaux avec 2 médailles d’or et 1 de bronze.

Par ailleurs, l’histoire révèle que plusieurs équipes de la région ont participé et remporté des championnats canadiens.

Une discipline populaire au primaire

La première édition du tournoi destiné aux élèves du secteur primaire a eu lieu en 1995. Par la suite, le mini-volley a évolué sous diverses formes: tournoi, festival, championnat régional et manifestations sportives dans les commissions scolaires.

En 2017-2018, l’activité a atteint un sommet avec la participation de 88 équipes et 566 joueurs. On affichait complet pour les deux journées de compétition!

Du volleyball baudruche en sports inclusifs

Depuis 2014, le RSEQ Montérégie offre le volleyball baudruche auprès des jeunes ayant une limitation fonctionnelle (auditive, motrice, intellectuelle, langagière, visuelle ou encore du

spectre de l’autisme).

De chaque côté d’un filet, deux équipes se renvoient un ballon à la main et à la volée. Gonflé à l’air, le ballon est plus léger et facilite sa réception et son envoi. L’objectif est de faire tomber le ballon dans la zone de jeu de l’adversaire.

Une cinquantaine d’élèves-athlètes y participent chaque année.

Les pieds dans le sable

Le tournoi de volleyball de plage est apparu en 2003. Au fil des ans, plusieurs formules ont été proposées aux élèves-athlètes: 2 x 2, 3 x 3, 4 x 4, masculin, féminin et mixte.

En 2010, 179 équipes étaient inscrites à l’événement. Un record. Avec la demande grandissante, le RSEQ Montérégie a dû créer, l’an dernier, deux divisions bien distinctes (D2 & D3).

Des intervenants engagés

Plusieurs personnes ont permis au volleyball de se développer en Montérégie. Pensons particulièrement à Jean-Pierre Roy et Christian Morin, deux piliers de la discipline en région. Et n’oublions pas l’apport considérable de Carolyn Freeman dans l’organisation des activités de la section South Shore pendant plusieurs années.

Le premier comité technique de volleyball de l’ARSER a été formé en 2001-2002 avec la participation de Jean-Louis Portelance, Robert Poissant et Alain Pelletier. Le rôle de ce comité était d’analyser, d’intervenir et de réfléchir sur l’avancement de la discipline dans le réseau de la Montérégie.

Des joueurs au parcours impressionnant

Carmen Plante, du collège Jean de la Mennais, a marqué l’histoire du volleyball étudiant par ses performances incroyables. La liste de ses exploits est impressionnante. Elle a fait partie de l’équipe junior nationale en 1988 et a été capitaine de l’équipe du Québec aux Jeux du Canada en 1989. Porte-couleur des Carabins de l’Université de Montréal, elle a été nommée recrue de l’année et sur l’équipe d’étoiles FQSE en 1991. Ses succès se sont poursuivis lors de la saison 1993. Elle a été nommée joueuse par excellence au niveau québécois en plus de faire partie de la deuxième équipe d’étoiles sur le plan canadien. En 1993-1994, Carmen a connu la consécration avec le titre de joueuse par excellence universitaire au Québec et elle a été sélectionnée sur les équipes d’étoiles de la FQSE et SIC.

Frédéric Moudou, du collège Français, a lui aussi laissé sa marque. Il a remporté la médaille d’or aux Jeux de la Francophonie en 2005, puis a fait partie de l’équipe nationale junior en 2009. Frédéric a atteint les plus hauts sommets en 2013 lorsqu’il a remporté le championnat universitaire canadien avec le Rouge & Or de l’Université Laval. Nommé joueur par excellence du circuit, il a été également choisi sur l’équipe étoile du RSEQ et du SIC.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires