56 armes à feu dissimulées chez lui: il écope de travaux communautaires

Photo de Philippe Lanoix-Meunier
Par Philippe Lanoix-Meunier
56 armes à feu dissimulées chez lui: il écope de travaux communautaires
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Le résident de l’arr. de Saint-Hubert Hugo Bernard a recouvré sa liberté au terme de son procès pour possession d’armes prohibées. Celui qui a reconnu sa culpabilité devra réaliser 100 heures de travaux communautaires et sera sous le coup d’une probation d’un an.

L’individu a également dû se défaire de son impressionnante collection d’armes en raison d’une probation de deux ans pendant laquelle il lui est interdit de posséder des armes.

Hugo Bernard

C’est un évènement presque banal qui avait entraîné l’arrestation de l’homme et la découverte de son impressionnant arsenal composé de 56 armes à feu, dont 11 armes prohibées, des silencieux et des couteaux à cran d’arrêt.

Le 5 décembre 2016, Hugo Bernard était impliqué dans une altercation verbale avec un autre individu au sujet d’un accrochage. Durant cet échange, il avait menacé de mort le conducteur et vandalisé son véhicule avant de prendre la fuite.

À LIRE ÉGALEMENT: Hugo Bernard restera derrière les barreaux

Hugo Bernard coupable de menaces de mort

Arsenal à Saint-Hubert: l’homme serait collectionneur et «patenteux»

Arsenal à Saint-Hubert: des armes «fantômes» prisées par le crime organisé

La plus importante saisie d’armes depuis des décennies à Longueuil

Grâce à une vérification de routine, les policiers avaient découvert que Bernard possédait de nombreuses armes de poing légalement enregistrées ainsi que des antécédents en matière d’armes prohibées et de trafic de stupéfiants remontant à une vingtaine d’années.

Un visite au domicile de Bernard avait ensuite permis au Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) d’effectuer l’une des plus importantes de saisie d’armes de son histoire.

En novembre 2017, Bernard a été reconnu coupable de menaces de mort et d’avoir vandalisé un véhicule. Il a été condamné à payer 500$ d’amendes en plus des coûts de réparation du véhicule du plaignant, s’élevant à 2525$.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des