Actualités
COVID-19

La vaccination exigée pour tous les employés du réseau de la santé

mardi le 07 septembre 2021
Modifié à 17 h 33 min le 07 septembre 2021
Par Mario Pitre

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, invite tous les employés du réseau de la santé à se faire vacciner d'ici au 15 octobre. (Capture d'écran)

Devant la hausse du nombre d'hospitalisations enregistrées au Québec, surtout dans la région de Montréal, le ministre de la Santé Christian Dubé a annoncé mardi que tous les employés du réseau de la santé, public et privé, devront être vaccinés d'ici au 15 octobre, sous peine d'être suspendus sans solde.

Cette mesure s'appuie sur une récente directive émise par l'Institut national de la santé publique, a indiqué le ministre. "On ne peut pas accepter que les travailleurs de la santé mettent des personnes vulnérables à risque d'attraper le virus. Le réseau de la santé doit demeurer sécuritaire", dit-il, en invitant le personnel non-vacciné à procéder dès que possible.

De plus, M. Dubé a fait savoir que tous les visiteurs des établissements de santé devront aussi présenter leur passeport vaccinal pour se rendre au chevet d'une persosnne malade.

Apprendre à vivre avec le virus

Le premier ministre François Legault, pour sa part, a averti les Québécois à l'effet "qu'il va falloir à vivre avec le virus", en ce sens que le réseau de la santé devra s'adapter à consacrer une partie des soins aux patients atteints de la COVID-19.

"Il y a un mois, on enregistrait 55 hospitalisations par jour alors qu'aujourd'hui on en compte 171, c'est-à-dire cinq fois plus (N.D.L.R.: c'est plutôt trois). Et l'INSPQ prévoit que ça va augmenter au cours des prochaines semaines."

M. Legault a une fois de plus rappelé la problématique du manque de personnel infirmier dans les établissements de santé en lançant un appel aux infirmières qui ont quitté pour qu'elles reviennent assurer le maintien des soins.

Il a aussi interpellé le gouvernement fédéral et les différents partis actuellement en campagne pour une hausse des transferts en santé et ce, sans conditions. "Ce n'est pas au fédéral de décider de nos priorités", prévient-il.

M. Legault s'est aussi adressé aux 13% de Québécois qui n'ont toujours pas reçu leur première dose du vaccin, en leur disant qu'ils risquent d'attraper le virus, d'être hospitalisés et ainsi priver de soins des patients qui sont hospitalisés pour d'autres raisons.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous