Bernard Brault n’a raté aucun Grand Prix de Montréal

Bernard Brault n’a raté aucun Grand Prix de Montréal

Bernard Brault et sa plus récente «boîte à souvenirs»

Crédit photo : Robert Côté – Le Courrier du Sud

Du Courrier du Sud à La Presse

Le photographe de renommée Bernard Brault est loin de renier ses débuts dans le métier. Lorsqu’il dédicace son plus récent recueil de photos La F1 à Montréal: de Villeneuve à Hamilton, il se fait un plaisir d’y inscrire Bernard Brault, du Courrier du Sud à La Presse. Paru le 23 mai, l’album est rempli de souvenirs cumulés depuis 1978, lorsqu’il a fait ses premières armes avec l’hebdomadaire de Longueuil.

«Dans ce temps-là, on pouvait se faire accréditer pour les gros événements de Montréal aussi, pour Le Courrier du Sud, se remémore Bernard Brault. J’allais au Canadien et au Grand Prix. Il y avait des galeries de photos dans le journal. Aujourd’hui, à moins qu’un athlète soit de l’agglomération de Longueuil, ça ne passerait pas!»

Retour vers le passé
En octobre 2017, Bernard Brault est sur la ligne d’arrivée du circuit montréalais pour une prise de photo soulignant – un peu en avance! – les 40 ans de la victoire de Gilles Villeneuve au Grand Prix de 1978. Il s’y trouve en compagnie de son bon ami et collègue de longue date Normand Prieur.

C’est à ce moment que le photographe se fait proposer d’immortaliser ses clichés les plus marquants du Grand Prix du Canada.

Au nombre de 300 et couvrant 40 ans d’histoire, les photos qu’il a choisies pour son ouvrage sont accompagnées des textes de M. Prieur.

«Je n’en ai pas manqué un [Grand Prix]… à l’exception des deux années où il n’y en a pas eu, en 1987 et en 2009», affirme Bernard Brault.

«J’ai passé plusieurs heures à chercher les photos. C’est agréable de retourner dans les souvenirs du passé. On ne travaillait pas avec les mêmes appareils… dans le temps, je payais mes films!» se souvient-il.

À l’époque, Bernard Brault estime qu’il pouvait tout de même prendre quelques centaines de photos lors d’une fin de semaine de Formule 1. Il n’en a retrouvé d’ailleurs que 150 pour l’édition de 1978. Aujourd’hui, la récolte peut monter jusqu’à 15 000 photos sur une période de trois jours.

De grands moments
En feuilletant les pages du bouquin, le photographe fait le tour sommaire de ses grands classiques.

«La photo de la marmotte, en 1989, c’est mon classique! La photo de Jacques Villeneuve, l’oncle! Des grands pilotes qui ont marqué Montréal! Bernie Ecclestone, lorsqu’il était beaucoup plus jeune! Ayrton Senna! Michael Schumacher avant qu’il soit avec Ferrari! La Coupe Stanley sur la piste, en 1993! Jacques Villeneuve en Formule Atlantique − son seul podium à Montréal!» lance-t-il, d’une page à l’autre.

Le natif de Longueuil en est à son cinquième livre. Certains recueillent ses œuvres, d’autres servent de cours de photographie.

Pour sa part, Bernard Brault n’est pas prêt d’arrêter son travail à La Presse. Il souhaite encore participer aux deux prochains Jeux olympiques avant de songer à la retraite.

Commenter cet article

avatar