C’est par le milieu de vie que passera la prospérité économique

C’est par le milieu de vie que passera la prospérité économique

Doreen Assaad

Crédit photo : Robert Côté - Le Courrier du Sud

DÉVELOPPEMENT. La requalification du boul. Taschereau est l’une des assises importantes de la vision d’avenir qu’a dressée la mairesse Doreen Assaad pour Brossard. Un tramway en lieu et place du terre-plein central, la transformation des immenses stationnements en commerces de proximité, une reconfiguration des voies et même des mesures incitatives pour les commerçants sont autant d’avenues possibles pour «redonner un peu d’amour» à cette artère.

«L’administration municipale existe pour donner un coup de pouce aux changements. On veut s’investir pour que Taschereau devienne un lien, une base communicante importante pour améliorer les moyens de transports», a signifié Doreen Assaad, lors du dîner-conférence Brossard, ville d’opportunités de la Chambre de commerce et industrie de la Rive-Sud, le 11 avril.

Dans la lignée de la vision 2025 sur le transport élaborée par l’agglomération de Longueuil, un comité de revitalisation du boul. Taschereau a déjà été mis en place. Et «dans cet esprit, l’idée d’un tramway au centre du boulevard n’est pas farfelue. Ce serait une offre complémentaire au REM [Réseau express métropolitain]», a exposé Mme Assaad, alors qu’un projet de transport structurant sur le boulevard figure désormais dans les études du gouvernement provincial.

Et sans entrer dans les détails, elle a évoqué la possibilité d’implanter des mesures incitatives afin d’encourager les commerçants présents – et futurs – dans certaines zones spécifiques de ce long boulevard. Le secteur du terminus Panama, notamment.

«Mais je veux consulter les commerçants [quant à la forme que prendront ces mesures incitatives] avant de m’avancer sur quoi que ce soit, a-t-elle précisé en entrevue. On veut comprendre leurs besoins et ce qu’ils attendent pour investir dans le Taschereau de demain.»

Vers une ville saine

Le REM, avec les trois stations que la ville de la Rive-Sud accueillera, «met Brossard au centre d’une petite révolution en matière d’infrastructures de transport collectif à haute capacité au Québec», a qualifié la mairesse.

Une révolution qui permet de réinventer l’aménagement autour de ces pôles collectifs.

Mme Assaad a vanté les deux projets TOD (<@Ri>Transit Oriented Development<@$p>) Solar Uniquartier et Panama. S’il est abondamment question de TOD dans plusieurs villes au Québec, les constructions tardent, analyse-t-elle. «À Brossard, on le vit.»

Un modèle de développement désiré par les citoyens et qui correspond à la volonté de la Ville de se tourner vers le développement durable, vers une ville saine, ce qui constitue un autres des grands axes de sa vision, a-t-elle expliqué.

Doreen Assaad estime que les villes doivent pleinement jouer leur rôle de proximité, nommant la participation citoyenne comme l’une des valeurs phares de son administration. À son avis, le critère d’accessibilité sociale est une «condition essentielle» à tout projet.

Adieu, ville-dortoir

Avec un potentiel de construction de 15 000 logements et 2 millions de pieds carrés pour accueillir des bureaux, soit un potentiel de redéveloppement dans des zones existantes et «tout cela sans déplacer une clôture de la zone agricole», Brossard est un «milieu de vie exceptionnel», a mentionné Doreen Assaad, selon qui le titre de «ville-dortoir» ne sied plus à sa ville depuis longtemps.

Pour en faire une économie «valorisée, concurrentielle, et créatrice d’emplois» – troisième axe de sa vision d’avenir –, la mairesse affirme qu’il faut miser sur la qualité des milieux de vie. Car les entreprises s’installent désormais où se trouvent les talents.

«Créez des espaces agréables, attractifs et sécuritaires, bâtissez des milieux à hauteur des aspirations et valeurs des citoyens, et les emplois suivront», a-t-elle adressé aux élus et gens d’affaires.

Commenter cet article

avatar