Contacts sexuels et séquestration: Yanick Toupin plaide coupable

Contacts sexuels et séquestration: Yanick Toupin plaide coupable

Yanick Toupin

Crédit photo : Jonathan Tremblay - Le Courrier du Sud

Plus de deux ans après les faits, l’homme soupçonné d’avoir agressé une adolescente avant d’être intercepté par des joueurs de balle-molle dans un parc de l’arr. de Greenfield Park, a plaidé coupable à des chefs de contacts sexuels et séquestration.

«La victime aurait pu avoir n’importe quelle âge», a déclaré l’accusé, expliquant que ses gestes commis au parc René-Veillet en juin 2016 provenaient d’une pulsion momentanée et hors de son contrôle.

Malgré une mémoire «qui lui fait défaut» et une «capacité limitée à comprendre», Yanick Toupin, 38 ans, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme, a préalablement été jugé apte à subir son procès par l’Institut Philippe-Pinel. Il a plaidé coupable à deux des trois chefs d’accusation qui pesaient contre lui le 11 juillet, au palais de justice de Longueuil.

L’accusation d’agression sexuelle a été retirée.

Habitué du parc
Le 29 juin 2016, Yanick Toupin se trouvait au parc René-Veillet, près de sa résidence de l’époque.

La victime, une adolescente de 14 ans qui accompagnait ses parents à un match de soccer, se rendait seule aux toilettes du centre communautaire situé à proximité lorsqu’elle a aperçu Toupin sortir des cabines des femmes. Le gardien de sécurité de l’endroit n’était pas sur place.

Lors de sa sortie des toilettes, la victime a vu l’accusé à mi-chemin entre la porte de sortie et les toilettes. Selon sa lecture des faits, il semblait attendre quelqu’un.

Croisant Toupin de près en tentant de quitter les lieux, la jeune fille a été agrippée au bras par surprise par l’accusé puis soulevée de terre par l’entre-jambe. Elle s’est débattue et a crié.

Paniqué, l’accusé a mis une main sur la bouche de l’adolescente pour la contenir pendant quelques secondes avant de la lâcher et de prendre la fuite.

Cette dernière s’est immédiatement dirigée vers ses parents à l’extérieur en hurlant, alertant par le fait même les joueurs de balle-molle sur le terrain voisin. Ces derniers ont suivi l’accusé qui prenait la fuite, l’encerclant jusqu’à la venue des policiers, qui ont procédé à son arrestation.

Socialement isolé
Détenu près de six mois après son arrestation, Yanick Toupin ne peut désormais se trouver dans un parc. Déménagé à l’extérieur après les faits, il réside de nouveau à Longueuil depuis peu afin de briser son isolement social, malgré la réticence de la procureure de la Couronne. Me Erin Kavanagh considère avoir peu de garanties depuis la remise en liberté de l’accusé.

«Mon client a subi un grand traumatisme et l’incarcération a eu un effet dissuasif», a de son côté affirmé l’avocat de Toupin, Me Jean-François Lambert.

La juge Julie Maude-Greffe a accepté le déménagement de Toupin, considérant la fréquence de la présence de son frère et de l’aide qu’il pourra obtenir à Longueuil.

De nouveaux rapports sexologiques seront analysés par les avocats afin de suggérer une sentence adéquate à la juge, en septembre.

Commenter cet article

avatar