Des ateliers pour apprivoiser les enfants à besoins particuliers

Des ateliers pour apprivoiser les enfants à besoins particuliers

Annie Bastien et Louis-Sébatien Roy ont mis sur pied des ateliers musico-sensoriels pour les enfants à besoins particuliers.

ACTIVITÉ. Annie Bastien et Louis-Sébastien Roy ont mis sur pied une nouvelle activité pour les enfants à besoins particuliers: des ateliers musico-sensoriels. Ces deux intervenants spécialisés souhaitaient combiner les bienfaits de l’éveil musical et des stimulations sensorielles pour les enfants de 3 à 8 ans.

Présentement, une session de cours est offerte à Longueuil, mais les intervenants se promènent un peu partout sur la Rive-Sud de Montréal pour faire chanter, danser, bouger et relaxer les enfants avec ou sans diagnostic de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), trouble du spectre de l’autisme (TSA), trisomie ou difficulté de langage ou de motricité.

«L’instrument est notre outil pour créer un lien avec l’enfant, explique Annie Bastien. Que ce soit avec la guitare, la mandoline, l’harmonica, le bâton de pluie ou bien d’autres instruments, nous souhaitions offrir des notions musicales et différentes techniques de relaxation par le jeu, le plaisir et la simplicité.»

Comme encore bien peu d’activités de groupe pour les enfants à besoins particuliers ont été mises en place, le cadre du jeu et du plaisir étaient très importants pour les intervenants lorsqu’ils ont mis sur pied leur projet et développé les ateliers.

«Par exemple, par la manipulation d’instruments de musique, l’enfant peut améliorer sa motricité fine et globale et, par le chant et l’expression corporelle, développer des outils de communications. Plusieurs parents et éducateurs ont constaté des répercussions à la maison ou à la garderie. Ce sont des petites choses, mais qui leur permettent par exemple d’être plus patients ou attentifs avec les autres amis.»

Parents anxieux?

Si Annie et Louis-Sébastien comprennent l’anxiété des parents à laisser leur enfant le temps d’un atelier, ils s’assurent quand même de gérer eux-mêmes le groupe sans la présence de parents dans la salle.

«C’est certain qu’au premier cours, c’est plus difficile pour les parents, explique Annie. Toutefois, plus la session avance et plus l’anxiété disparaît. Nous sommes disponibles pour les parents après les cours et ça leur permet aussi de se créer un petit réseau avec les autres parents.»

Les ateliers permettent aussi aux enfants de créer des contacts avec d’autres enfants, ce qui s’avère parfois plutôt difficile pour eux. Semaine après semaine, ils réussissent à entrer en contact avec les autres enfants du groupe en les touchants et même parfois en leur parlant.

«Beaucoup de jeux sont propices à la communication et à la socialisation entre les enfants, explique l’intervenante. Même s’il peut avoir certaines craintes de la part de l’enfant au début, chacun finit par entrer en contact avec un ami. Et tout ça se passe par le jeu, jamais par le travail.»

Dès l’automne, plusieurs sessions de cours seront offertes au Centre de répit Saint-Louis à Longueuil.

Rens. Page Facebook Ateliers Musico-sensoriel ou musicosensoriel@hotmail.com

Commenter cet article

avatar