Grève-surprise à la SAQ : des syndiqués réunis au parc de la Cité

Grève-surprise à la SAQ : des syndiqués réunis au parc de la Cité

Crédit photo : Robert Côté - Le Courrier du Sud

Alors qu’une grève-surprise a été déclenchée dans l’ensemble des 400 succursales de la province, des employés syndiqués de la SAQ de Saint-Hubert étaient réunis ce midi au parc de la Cité afin de faire entendre leur exaspération face aux négociations qui n’avancent pas

Cette grève-surprise survient la veille de la grève prévue pour lundi, qui sera toujours maintenue.

En juin, les 5500 membres du syndicat ont voté à 91% en faveur d’un mandat de six jours de grève, et s’en sont prévalu le 17 juillet et le 22 août.

« L’employeur est intraitable: il insiste sur son cadre financier hyper rigide et refuse d’en démordre, dénonce la présidente du syndicat Katia Lelièvre, par communiqué. Il maintient ses exigences sur le plancher d’emplois. Il n’apporte aucune solution viable concernant la précarité du travail.»

« D’ailleurs, on enregistre un nombre impressionnant de démissions depuis le début de 2018, ajoute-t-elle. La SAQ ne pourra continuer à jouer à l’autruche éternellement : nous lui demandons de trouver des solutions concrètes pour pouvoir apporter des propositions dignes de ce nom à la table de négociation. »

Malgré le déclenchement de la grève, la SAQ a annoncé peu avant 13h qu’une soixantaine de succursales demeuraient ouvertes aujourd’hui.

Dans un communiqué, la SAQ a précisé avoir réitéré «sa demande qui consistait à déplacer 100 postes vacants vers deux jours de fin de semaine, ce qui a pour effet de préserver la qualité des horaires et de ne pas augmenter le nombre d’employés réguliers actuels travaillant deux jours la fin de semaine», est-il indiqué par voie de communiqué.

«D’autres propositions ont également été faites pour répondre aux préoccupations de conciliation travail-famille et de précarité d’emploi, poursuit-on. Le débat porte présentement sur les demandes d’augmentations de salaire qui dépassent largement le cadre octroyé par le Conseil du trésor.»

Les négociations doivent reprendre mardi. (A.D.)

 

Commenter cet article

avatar