Immeubles de six logements et plus: le Comité logement Rive-Sud dénonce la hausse de taxes à Longueuil

Immeubles de six logements et plus: le Comité logement Rive-Sud dénonce la hausse de taxes à Longueuil

Crédit photo : Archives – Le Courrier du Sud

La hausse de taxes de 8,4% pour les immeubles de 6 unités et plus que compte le budget 2019 de Longueuil est une «bien mauvaise nouvelle pour les locataires», dénonce le Comité logement Rive-Sud, qui craint que cette hausse de taxes soit «refilée immanquablement [aux locataires] par les propriétaires», alors que la période des modifications aux baux débutera dès janvier.

«Il ne faut pas oublier que lorsqu’un propriétaire propose une hausse de loyer, il se base sur plusieurs éléments et la hausse de son compte de taxes municipales y joue un rôle très important», indique le Comité par voie de communiqué.

Le Comité logement rappelle la présence sur le territoire de plus de 48 000 ménages locataires, dont plus de 15 000 consacrent 30% et plus de leur revenu pour se loger et près de 7000 y consacrent 50%.

«Il faut aussi garder en tête que plus de 10 000 ménages locataires éprouvent des besoins impérieux en logement, ce qui signifie, selon Statistique Canada, qu’ils habitent un logement «considéré inadéquat, inabordable ou d’une taille non convenable, et qui consacre une part trop importante de leurs revenus pour se loger».

De plus, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a annoncé que le taux d’inoccupation des logements dans la région métropolitaine de recensement de Montréal est passé sous les 2% en 2018. Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) considère que le seuil d’équilibre est de 3%, chiffre en bas duquel on peut parler d’une pénurie de logements.

«Nous sommes donc dans un contexte favorable à des hausses de loyer abusives», s’inquiète le Comité logements Rive-Sud.

L’organisme voit dans cette hausse de taxes un élément de plus dans la «feuille de route peu reluisante» de la Ville à l’égard des locataires.

En octobre, les organismes avaient dénoncé le manque de logements sociaux dans le plan particulier d’urbanisme du futur centre-ville.

Le Comité se montre aussi critique à l’égard de la politique sur l’habitation, adoptée en 2017.

«Nous sommes maintenant dans une situation qui ne présage rien de bon pour les dizaines de milliers de ménages locataires de la Ville de Longueuil, dénonce-t-on. Nous voulons rappeler à l’administration Parent et à tous les élus que les locataires sont également des citoyens à part entière et qu’ils ont la responsabilité de défendre les ménages les plus vulnérables.»<

Lors de la présentation du budget, Longueuil a précisé que cette augmentation significative est le résultat de l’effet combiné des règles de la fiscalité municipale (le taux pour les 6 logements et plus ne pouvant être inférieur au résidentiel) et du nouveau rôle d’évaluation. Le secteur des 6 logements et plus a connu la plus importante hausse de valeur de son rôle d’évaluation foncière, soit 13%. (A.D.)

Commenter cet article

avatar