L’équipe Baja de l’École nationale d’aérotechnique termine 4e à l’Épreuve du Nord

L’équipe Baja de l’École nationale d’aérotechnique termine 4e à l’Épreuve du Nord

Crédit photo : Gracieuseté

L’équipe Baja de l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) a remporté la 4e place à l’Épreuve du Nord organisée par l’Université Laval les 1er et 2 février 2019.

La finale de l’Épreuve du Nord consiste en une course de deux heures sur un circuit fermé où l’objectif est de faire le plus de tours possible avec le Baja. En cas de bris, le but est de réparer le véhicule et de le remettre en piste rapidement.

En raison de son circuit unique et des conditions nordiques dans lesquelles elle se déroule, cette compétition de Baja, prototype de véhicule tout-terrain, attire des équipes universitaires des États‑Unis, de l’Ontario et du Québec. Le parcours parsemé d’embûches met à rude épreuve les véhicules entièrement conçus et fabriqués par les étudiants.

Sur les 23 équipes d’étudiants en ingénierie, l’équipe de l’ÉNA était la seule de niveau collégial.

Qualifications et course finale
Pour la première fois cette année, deux véhicules représentant l’ÉNA ont pris part aux qualifications du vendredi, qui comprenaient des épreuves d’accélération, de manœuvrabilité, de suspension et de traction.

Le Baja-ÉNA no 2, surnommée Betty, parti 7e sur la grille de départ à la course finale du samedi, a finalement terminé l’épreuve en 4e position.

«Au 2e tour, Betty a fait un tonneau, raconte l’étudiant en Technique de génie aérospatiale et nouveau venu dans l’équipe Baja-ÉNA cette année Olivier Boisvert. Le véhicule a dû subir une inspection avant de pouvoir retourner en piste, ce qui nous a passablement retardés.»

Seuls deux Baja de l’École de technologie supérieure et un de Polytechnique les ont devancés par seulement trois tours. Le second véhicule, modèle plus ancien et plus lourd surnommé Bertha, s’est quant à lui classé en 18e place après avoir connu des ennuis mécaniques.

Une équipe de passionnés
Les étudiants passent des heures à perfectionner leur Baja en vue de cette épreuve; une expérience qui leur permet de mettre en pratique leurs connaissances en ingénierie et en mécanique ainsi que de faire valoir leur talent et leur adresse dans un esprit d’équipe.

«Baja-ÉNA, c’est un heureux mélange de nouveaux étudiants soutenus par les anciens qui partagent leur passion dans un projet rassembleur», a souligné le conseiller à la vie étudiante Pierre Roberge.

Commenter cet article

avatar