L’intemporel Cyrano séduit toujours autant

L’intemporel Cyrano séduit toujours autant

Crédit photo : Gracieuseté - La comédie humaine

THÉÂTRE. La pièce Cyrano de Bergerac a été jouée pour la première fois en 1897. Maintes fois présenté par la suite sur tous les continents, ce classique du théâtre français est aujourd’hui repris par la compagnie théâtrale La Comédie humaine afin d’offrir aux Québécois une nouvelle occasion de découvrir cette œuvre mythique.

«On est à une époque où le dialogue est un peu ardu, lance d’emblée l’interprète de Cyrano Hugo Giroux. La beauté de la séduction est un peu particulière. À l’époque de Cyrano, c’était davantage les mots. Et je pense qu’on est en train de se rendre compte qu’il est important de se parler, de revenir à l’essentiel et d’apprendre à verbaliser nos émotions.»

Cyrano de Bergerac, un homme qui sait manier aussi bien la langue française que l’épée, est éperdument amoureux de Roxane en secret. Seulement, il se trouve moche, entre autres à cause de son nez proéminent, et a peu confiance en lui. De plus, il apprend que Roxane est amoureuse de Christian. Cyrano prêtera alors ses mots au beau Christian. Suivra un triangle amoureux qui se déploiera sous la poésie d’Edmond Rostand, abordant des thèmes qui étaient d’actualité au 19e siècle et qui le sont encore aujourd’hui.

«J’ai l’impression que certaines personnes s’empêchent de faire des choses extraordinaires parce qu’elles ne se font pas assez confiance, ajoute Hugo Giroux. Cyrano, c’est un peu ça; il a une perception négative de lui-même, ce qui l’empêche d’être complètement ce qu’il est et d’avouer ses sentiments à Roxane. Je pense que c’est tout à fait d’actualité, et ça le restera tant que les gens ne seront pas 100% authentiques.»

Poésie accessible
Pour cette nouvelle version réduite à 100 minutes, aucun compromis n’a été fait quant à la qualité de la pièce.

«Les plus grands moments sont là, rassure Hugo Giroux. On a trouvé une belle formule, plus courte, qui permet de garder l’attention des spectateurs et d’éviter les longueurs.»

«L’histoire de Cyrano est selon moi la plus belle démonstration d’amour de la dramaturgie, affirme-t-il. Ceux qui assisteront au spectacle peuvent s’attendre à du romantisme, de l’émerveillement et de l’action.»

Depuis quelques mois, la production théâtrale est présentée dans diverses salles, mais aussi dans des écoles secondaires.

«La pièce est très accessible; on la joue comme on se parle dans la vie, précise l’acteur. C’est sûr qu’il y a une rythmique et des vers à respecter, mais on peut se permettre de prendre des respirations, de vivre le moment. Il ne faut pas avoir peur du fait que la pièce est écrite en alexandrin; ce sont des rimes, mais ça reste des mots. On parle de la beauté, de l’amour; ça vient automatiquement chercher les gens.»

Hugo Giroux incarne Cyrano depuis déjà une soixantaine de représentations, «avec beaucoup de plaisir», puisqu’il avait toujours souhaité interpréter ce grand personnage.

«C’est un rôle qui me permet de jouer la colère, la démesure, l’ultra-sensibilité, l’amour, la fragilité, explique-t-il. En tant qu’acteur, tu ne peux pas avoir de demi-mesures pour affronter et aborder le personnages de Cyrano.»

La pièce est présentée à L’Étoile Banque Nationale du Quartier DIX30 le 19 mars à 20h.

Commenter cet article

avatar