Manifeste contre l’intimidation: des enfants veulent faire bouger les choses

Manifeste contre l’intimidation: des enfants veulent faire bouger les choses

L’intimidation est un problème sérieux qui entraîne des conséquences importantes sur la santé physique et psychologique.

SOCIÉTÉ. Des enfants ayant subi des violences dans des écoles publiques et privées, dont certaines situées sur la Rive-Sud, signent un manifeste contre l’intimidation à l’attention du premier ministre Philippe Couillard. Les Fondations du Dr Julien et de Jasmin Roy se sont jointes à ce cri du cœur.

«Nous, enfants et jeunes ayant été intimidés, menacés et violentés par nos pairs dans le milieu scolaire, public ou privé, ou membres de leur fratrie, voulons faire changer les choses, par ce manifeste», peut-on lire dans cette missive que 11 jeunes âgés de 9 à 19 ans adressent au gouvernement.

Portés depuis plusieurs mois par les démarches de leurs parents qui s’étaient notamment rendus en décembre dernier à l’Assemblée nationale pour interpeller les élus, ces jeunes demandent désormais, en leur nom, «plus de protection dans les établissements scolaires» et appellent à la mobilisation publique.

Ils exhortent le ministère de l’Éducation à légiférer pour faire cesser «tout acte d’intimidation portant atteinte à l’ensemble des droits fondamentaux énoncés à la Convention relative aux droits de l’enfant».

Bien que la Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école ait été adoptée en 2012, les problèmes persistent et les plaintes se multiplient dans un grand nombre d’établissements à travers la province, tout particulièrement dans les établissements privés, qui ne sont pas tenus de faire vérifier leur Plan de lutte contre l’intimidation par le ministère de l’Éducation. Les jeunes pointent du doigt une faille dans cette loi «incapable de les protéger».

«Nous éprouvons des sentiments d’injustice, d’humiliation, d’impuissance, d’abandon et d’être seuls en mer devant le manque d’intérêt des adultes responsables de nous protéger dans le milieu scolaire et face à l’absence de conséquences réelles pour nos intimidateurs et agresseurs, écrit le groupe de jeunes. Ils sont libres de continuer à nous harceler, à nous menacer et à nous violenter pendant des jours, des semaines et des années.»

Soutien des Fondations

Après avoir rencontré ces enfants, les dirigeants de la Fondation du Dr Julien, Gilles Julien et Hélène Sioui Trudel, ainsi que le comédien engagé Jasmin Roy ont coécrit une lettre publique adressée au premier ministre et aux ministres concernés afin que la voix de ces jeunes soit entendue.

Dans leur missive, ils rappellent qu’encore 20% des jeunes du secondaire disent ne pas connaître un adulte de confiance et démontrent l’urgence d’agir. Ils rappellent les impacts majeurs de l’intimidation sur la vie, le développement et la santé de ces jeunes en souffrance.

«Ils [les jeunes] ont vu leurs droits bafoués, dont leur droit à l’éducation, à la santé, à la protection, à la non-discrimination, à l’égalité devant la loi et au respect de nos libertés et droits civils… L’intimidation et la violence que certains subissent dans le milieu scolaire sont inacceptables. Il s’agit d’un grand facteur de risque pour l’estime de soi et la santé mentale.»

Pétition pour soutenir la cause

En réaction à l’inaction du gouvernement, une pétition a été créée en ligne et sera disponible jusqu’au 30 avril. Parrainée par la députée et porte-parole en matière de santé à l’Assemblée nationale Diane Lamarre, cette pétition lance un appel aux citoyens pour presser le gouvernement à prendre des décisions en lien avec la protection des enfants.

Lien de la Pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7323/index.html

À la fin de la période de mise en ligne, cette pétition sera déposée à l’Assemblée nationale.

«Nous demandons que vous, adultes, dans le milieu familial, le milieu scolaire privé ou public, dans les services de police et de protection de la jeunesse, dans la communauté, ainsi que dans le milieu politique, preniez au sérieux nos démarches pour faire cesser immédiatement les actes d’intimidation et de violence et pour prévenir ces situations qui portent atteinte à l’ensemble de nos droits fondamentaux énoncés à la Convention relative aux droits de l’enfant», mentionne la pétition.

Pour consulter le manifeste au complet: http://www.fondationdrjulien.org/manifeste-enfants-jeunes-contre-lintimidation-violence-milieu-scolaire-quebec/

 

4
Commenter cet article

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Karine LeclercLorraine SimardJ Léger Recent comment authors
J Léger
Invité
J Léger

Belle initiative
Faut que ça cesse!

Lorraine Simard
Invité
Lorraine Simard

Oui,il faut que ça change . Ça fait déjà trop longtemps que ça dure .L’indifférence ne fait pas avancer les choses .

Lorraine Simard
Invité
Lorraine Simard

Oui,il faut que ça change .Ça fait déjà trop longtemps que ça dure .L’INDIFFÉRENCE ne fait pas avancer les choses .

Karine Leclerc
Invité
Karine Leclerc

Bravo car trop souvent parents et enfants se sentent laissés pour compte avec les problèmes qui découlent de l’intimidation. Et, malheureusement souvent elle persiste sur de trop longue période avant que l’établissement scolaire puisse être un acteur de changement dans la vie de ces personnes. Merci à ce collectif!