Nathalie Boisclair veut des véhicules moins polluants à la Ville

Nathalie Boisclair veut des véhicules moins polluants à la Ville

Nathalie Boisclair

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

La conseillère indépendante Nathalie Boisclair souhaiterait que la Ville opte davantage pour des modèles de voitures moins polluantes dans sa flotte de véhicules de travaux publics.

Au moment d’approuver deux contrats visant l’acquisition de deux camionnettes Ford 250 et deux camionnettes Ford 150 pour la division des travaux publics, Mme Boisclair a exprimé sa dissidence.

Le sommaire décisionnel de ces octrois de contrats mentionnent qu’«un tel équipement, en modèle électrique ou hybride n’existe pas. La directive de développement durable – véhicules routiers dont la Ville s’est dotée ne peut donc pas s’appliquer dans ce cas-ci.»

«On prend peut-être les choses à l’envers…, estime Mme Boisclair. On pourrait voir avec des spécialités, l’Association des véhicules électriques peut-être, ce qui se fait dans le domaine avant de se lancer en appel d’offres. Peut-être aussi sensibiliser les employés sur l’existence d’autres options, leur démontrer qu’il y a des équivalents tout aussi performants, mais moins polluants.»

La conseillère s’est donc engagée à toujours exprimer sa dissidence lorsque des contrats visant l’acquisition de modèles de véhicules à essence porte cette mention à l’égard de la directive du développement durable.

Mme Boisclair a rappelé que des moteurs électriques ont été développés pour certains camions, qu’utilise d’ailleurs le ministère des Transports du Québec.

«Si le MTQ est capable – et on connaît la lenteur avec laquelle les dossiers cheminent au MTQ –, je suis certaine que la Ville peut en faire autant.»

Elle a également appelé les élus à être conséquents avec la résolution adoptée le soir-même confirmant l’adhésion de Longueuil au programme Partenaires dans la protection du climat, de la Fédération canadienne des municipales et du Conseil international pour les initiatives écologiques locales.

Comme des centaines d’autres municipalités, Longueuil s’engage ainsi notamment à réduire de 30% les émissions de GES d’ici 2030.

«Il va falloir faire plus que d’adopter une résolution au conseil, il faut travailler autrement», a-t-elle signifié.

La mairesse Sylvie Parent a précisé que si les essais des prototypes au MTQ sont concluants et qu’ils sont mis sur le marché, la Ville «pourra se doter rapidement de ces équipements». (A.D.)

Commenter cet article

avatar