Réaction de Silence Saint-Lambert face aux mesures présentées

Réaction de Silence Saint-Lambert face aux mesures présentées

Le chantier des scènes du Piknic Électronik

Crédit photo : Gracieuseté

Bruit au parc Jean-Drapeau

Lors de la période de questions, à la fin de la séance du 22 mai, le porte-parole de l’organisme à but non lucratif Silence Saint-Lambert, Christophe Malaterre, s’est adressé aux élus avec quelques revendications.

À LIRE AUSSI: -Pas de limite de bruit cet été

-Des sonomètres seront installés à Saint-Lambert

«Nous nous réjouissons des négociations entre les villes de Montréal et de Saint-Lambert et du comité qui a été créé pour résoudre durablement le problème du bruit du parc Jean-Drapeau, a-t-il souligné. Nous sommes très sensibles au fait que les deux villes disent vouloir trouver des solutions à court, moyen et long terme.»

Silence Saint-Lambert déplore toutefois les réponses de la mairesse de Montréal Valérie Plante, qui affirme qu’il est impossible de changer quoi que ce soit à court terme pour cet été et que l’orientation de la scène ne peut être modifiée.

«À court terme, nous demandons que des mesures simples et non coûteuses soient prises comme donner les mesures précises de bruit pour chacun des 80 événements, ainsi que les horaires d’essais de sonorisation, et changer l’orientation des deux scènes du Piknic Électronik pour les tourner vers Montréal. Il s’agit de scènes temporaires très simples, faites de palettes de bois et de conteneurs, dont le montage ne prend que quelques jours», a indiqué M. Malaterre.

Le porte-parole a également affirmé que le numéro de téléphone qui sera rendu accessible ne changera rien car il existe déjà, mais que la plage horaire devrait être étendue durant les heures de spectacles.

«Les gens sont tannés de téléphoner pour rien. Ça fait dix ans que les gens se plaignent du bruit, et rien ne change favorablement, au contraire, a-t-il ajouté. Pour ce qui est de nouvelles mesures, rien ne va changer. On dispose déjà de plusieurs campagnes de mesures et rapports d’experts. Ce ne sont que des effets de communication et de quoi faire patienter encore un an de plus sans rien faire de concret.»

À long terme, Silence Saint-Lambert demande à ce que la scène de l’amphithéâtre géant soit réorientée vers le pont Jacques Cartier, comme dans les premiers projets de 2014. L’affirmation de la mairesse de Montréal selon laquelle «le béton est déjà coulé» est, selon le groupe, erronée.

«Ou bien Valérie Plante ne veut pas réorienter la scène pour des raisons politiques, ou bien elle est victime d’une campagne de désinformation, a confié au maire de Saint-Lambert le porte-parole Christophe Malaterre. Rien de ce qui concerne les aménagements de surface (revêtement de sol, pierre concassée, allées en béton coulé), l’éclairage, la sonorisation, les égouts/aqueducs, les chaussées ou les plantations n’a à ce jour été réalisé.»

«Des rumeurs circulent selon lesquelles la réorientation de l’amphithéâtre couterait 10 M$. Cette information nous parait totalement erronée, a ajouté le porte-parole. Avec d’autres ingénieurs résidents de Saint-Lambert, nous avons obtenu et analysé le contrat signé entre la société Pomerleau et la SPJD pour la réalisation des aménagements. En identifiant les postes de coûts associés à l’amphithéâtre et en fonction de l’état actuel des travaux, nous estimons que le surcoût de la réorientation serait plutôt de l’ordre de 1,5 à 2 M$, un surcoût qui pourrait donc facilement être absorbé par les 2 M$ prévus au budget pour les fameuses tours à délai. Il y a certes des incertitudes, mais il ne s’agit en aucun cas de 10 M$.»

Le maire a écouté attentivement les revendications de Silence Saint-Lambert et a assuré qu’un suivi serait fait auprès du comité.

L’OBNL Silence Saint-Lambert a été incorporée en 2011.

Commenter cet article

avatar