2017, année d’élections municipales

2017, année d’élections municipales

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

Les élections municipales du 5 novembre auront teinté une bonne partie de 2017. Retour sur les rebondissements politiques de l’année.

Longueuil

2017 aura débuté d’une étonnante façon. Le 22 février, devant un parterre de gens d’affaires, la mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire a annoncé qu’elle ne solliciterait pas de troisième mandat.

Mme St-Hilaire a dit ainsi mettre fin à 20 ans de carrière politique – 12 ans à titre de députée du Bloc québécois et 8 ans à la tête de Longueuil – avec le sentiment du devoir accompli et le goût de tenter de nouvelles expériences professionnelles.

En septembre, elle a d’ailleurs lancé Se faire entendre, dans lequel elle relate notamment ses 20 ans de vie politique.

L’annonce du départ de Caroline St-Hilaire a forcé Action Longueuil à se choisir un nouveau chef. Josée Latendresse, nouvelle venue en politique municipale, s’est rapidement présentée comme candidate. Deux semaines plus tard, Sylvie Parent, qui misait sur son expérience des huit dernières années, s’est ajoutée.

La course à la chefferie aura été houleuse, particulièrement en fin de parcours, alors que l’équipe de Sylvie Parent dénonçait des «manœuvres frauduleuses et des actes d’intimidation» dont auraient été victimes des membres de son équipe. Danielle Beaudry avait d’ailleurs reçu des cendres, accompagnées d’un message référant au décès de son frère, le conseiller Albert Beaudry. Un acte que Mme Latendresse avait également condamné.

Le 9 avril, le parti choisi finalement Sylvie Parent, dans une faible majorité de 53%.

À peine quatre jours plus tard, la formation politique éclate: Josée Latendresse et sept conseillers claquent la porte du parti pour siéger comme élus indépendants. Selon Mme Latendresse, la course aura laissé «un fossé irréconciliable» entre les deux équipes.

De cette réunion d’élus indépendants est né le parti Longueuil Citoyen. Josée Latendresse et Sylvie Parent ont ainsi de nouveau battu le fer lors de la campagne électorale. Du parti Option Longueuil, la candidate à la mairie et ancienne députée néodémocrate Sadia Groguhé s’est jointe à la course en mai.

La soirée électorale du 5 novembre aura tenu la population de Longueuil en haleine jusqu’à la toute fin, avec un résultat à l’image de la course à la chefferie. En effet, seulement 118 voix séparaient Sylvie Parent (42,7% des votes) de Josée Latendresse (42,5%). Option Longueuil a obtenu l’appui de 14,7% des électeurs.

La nouvelle mairesse se retrouve minoritaire au conseil municipal, formés de dix élus dans l’opposition – dont un d’Option Longueuil – et de six d’Action Longueuil – incluant le poste de maire. L’arr. de Greenfield Park demeure un bastion d’Option Longueuil, qui y a élu les trois conseillers d’arrondissements.

À la suite d’un recomptage partiel des boites de scrutin, demandé par Longueuil Citoyen, l’écart entre Mme Parent et Mme Latendresse s’est resserré à 110 voix.

Brossard

Dès mars, des mouvements ont commencé à s’opérer au sein de l’opposition en vue des élections de novembre. La démission du candidat à la chefferie de Renouveau Brossard Yves Lamarre aura entre autres multiplié les rumeurs quant à la candidature de Jean-Marc Pelletier, ancien maire, à la tête de la formation.

En juin, Brossard Ensemble, avec à sa tête la conseillère de l’opposition Doreen Assaad, a présenté tous ses candidats, représentant la parité homme-femme. La lutte à la corruption, la fin de la chicane au conseil municipal et l’accès au fleuve auront été les enjeux majeurs présentés par la formation.

L’ex-maire Jean-Marc Pelletier retentera finalement un retour en politique municipale avec Renouveau Brossard et a dévoilé les candidats du parti lors de l’assemblée générale annuelle du parti. La sécurité des traverses piétonnes, la création d’emplois locaux, la mise en place de mécanismes de contrôle des travaux publics figuraient parmi les engagements.

Maire de Brossard de 1990 à 2001 et depuis 2009, Paul Leduc aura mis du temps avant de confirmer sa présence dans ce qui a été sa sixième course à la mairie. Il a présenté l’ensemble des candidats de Priorité Brossard, comptant cinq conseillers en postes et cinq nouveaux venus.

Après avoir annoncé songer à briguer la mairie, l’ancien député néodémocrate Hoang Mai s’est officiellement lancé dans la course en septembre. Il a fait le pari de se présenter comme candidat indépendant, espérant ainsi amener quelque chose de nouveau et travailler avec tout le monde.

Le 5 novembre, les électeurs ont choisi Doreen Assaad comme mairesse, en plus d’élire neuf conseillers de Brossard Ensemble. Antoine Assaf a été élu comme unique conseiller de l’opposition. Paul Leduc, qui a terminé au 3e rang, de même que l’ensemble de son équipe ont mordu la poussière.

Saint-Lambert

Pas moins de six Lambertois ont déposé leur candidature au poste de maire.

L’ancien conseiller municipal Pierre Brodeur, les conseillers Dominique Lebeau, Jean-Pierre Roy et Martin Smith, le maire sortant Alain Dépatie ainsi que l’unique candidat qui n’a pas auparavant siégé au conseil, Marc Edwards, se sont livrés cette bataille de la mairie.

Le suspense aura été de courte durée pour David Bowles, qui a été réélu par acclamation le 6 octobre pour le même poste de conseiller municipal du district 7.

Le dossier du bruit au parc Jean-Drapeau ainsi que celui de la gouvernance de l’Agglomération se sont invités comme des enjeux importants de la campagne.

Au lendemain des élections, le conseiller municipal avait un nouveau visage: Pierre Brodeur a été élu à la tête de la ville en récoltant 38,6% d’appuis. Le maire sortant Alain Dépatie a terminé au 4e rang, avec une part de 10,14% des votes.

Le conseiller municipal David Bowles est le seul à avoir été réélu.

Nouvelles dynamiques aux séances du conseil

Les nouveaux visages auront changé les dynamiques des séances du conseil des trois villes.

Ls deux premières séances à Longueuil auront été particulièrement houleuses, les points concernant principalement les nominations, créations de commission et désignation du président du conseil créant de la bisbille.

Le 21 novembre, les élus de l’opposition ont quelque fois utilisé leur poids – étant majoritaires – pour contre-carrer des propositions de la mairesse.

C’est tout le contraire des séances à Saint-Lambert, où Pierre Brodeur a affirmé vouloir instaurer un climat harmonieux. Fait rare, les deux premières séances du nouveau conseil n’ont d’ailleurs pas duré plus de deux heures. La situation est similaire à Brossard, avec un conseil formé d’une majorité d’élus de Brossard Ensemble.

Consultez la section Rétrospective du site du Courrier du Sud: www.lecourrierdusud.ca/categorie/actualites/retrospective-2017/

Commenter cet article

avatar