Le tabagisme: toujours un fléau

Le tabagisme: toujours un fléau

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

Dans le cadre de la Semaine pour un Québec sans tabac, le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) présente son nouveau slogan, Arrêtez avant d’étouffer.

Le Conseil rappelle que la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est causée dans 85% des cas par le tabagisme et qu’elle entraîne des difficultés respiratoires. Cette maladie est incurable et constitue la troisième cause de mortalité au Québec.

Un problème de santé publique majeur
Selon le Conference Board du Canada, les coûts médicaux attribuables à cette maladie devraient passer de 4 G$ en 2010 à 9,5 G$ en 2030.

Les personnes aux prises avec la MPOC voient habituellement leurs symptômes s’aggraver au fur et à mesure que la maladie progresse et vivent des épisodes aigus de la maladie ou des crises pulmonaires.

«Ces crises peuvent être très handicapantes, nécessiter des soins médicaux d’urgence et même entraîner la mort, précise le Dr Jean Bourbeau, directeur de la Clinique de la MPOC et du programme de réadaptation pulmonaire de l’Institut thoracique de Montréal du Centre universitaire de santé McGill. Leurs conséquences sont aussi graves qu’une crise cardiaque avec des taux de mortalité semblables durant et après l’hospitalisation. La santé d’un patient qui subit une crise pulmonaire ne sera jamais aussi bonne qu’avant.»

«Dans les cas avancés, l’essoufflement – principal symptôme de la MPOC – entrave considérablement des activités simples comme parler, se laver et se vêtir», ajoute-t-il.

Un problème pressant en Montérégie
Selon le CQTS, le taux de tabagisme est de 18,7% chez les Montérégiens de 12 ans et plus, soit 219 600 personnes.

«On tend à l’oublier, mais le tabagisme est loin d’être un problème réglé dans notre société, souligne le directeur général du CQTS Marc Drolet. En cette Semaine pour un Québec sans tabac, j’invite donc l’ensemble de la population à poser un geste concret pour réduire les conséquences du tabagisme.»

Le porte-parole de la campagne, Pierre Gendron, a été durement touché par le tabagisme, lui dont le père souffrait d’emphysème.

«Je ne souhaite ça à personne, lance-t-il. Le tabac, ce n’est pas un mode de vie, c’est un mode de mort!»

Le comédien encourage les personnes voulant s’affranchir du tabac à utiliser les services J’ARRÊTE.

«Ils ont aidé plusieurs centaines de milliers de fumeurs à mettre fin à de leur dépendance depuis maintenant 17 ans. N’attendez pas un diagnostic de maladie pulmonaire grave pour passer à l’action. Faites-le pour vous, faites-le aussi pour ceux qui vous aiment et pour avoir la chance de voir grandir vos enfants et vos petits-enfants», indique-t-il.

Les fumeurs peuvent maximiser leurs chances de réussir en obtenant gratuitement le soutien offert par téléphone au 1 866 JARRETE (1 866 527-7383), par texto (smat.ca), via les centres d’abandon du tabagisme partout au Québec et par Internet via le site jarrete.qc.ca.

(Source: Conseil québécois sur le tabac et la santé)

Commenter cet article

avatar