Top 10 des faits divers et causes criminelles de l’année

Top 10 des faits divers et causes criminelles de l’année

Crédit photo : Archives/Denis Germain - Le Courrier du Sud

Un bambin décède dans des circonstances nébuleuses

Le 18 février, les parents du petit Josh se présentent aux urgences de l’hôpital Charles-LeMoyne parce que leur fils souffre d’une pneumonie. L’enfant est évalué une première fois au triage, mais n’est réévalué par le personnel de l’hôpital que trois heures après. Plus tard dans la journée, un externe en pédiatrie note que le bambin présente des signes de détresse, son état s’étant grandement détérioré. Transféré trop tard à l’hôpital Sainte-Justine, l’enfant décède en fin de soirée.

À la suite de la disparition de leur petit garçon, Florent Dubois et Karine Delgado portent plainte contre le centre hospitalier.

Dans son rapport publié en juin, le coroner met en cause l’hôpital et recommande d’améliorer le processus de triage.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Une collision en plein vol coûte la vie à un jeune pilote

Deux aéronefs s’écrasent sur le site des Promenades St-Bruno après être entrés en collision en plein vol, dans l’après-midi du 17 mars. L’un des deux pilotes décède dans l’incident tandis que l’autre est gravement blessé. Deux autres personnes sont transportées à l’hôpital en raison d’un choc nerveux.

Un des appareils s’est écrasé dans le stationnement du centre commercial tandis que l’autre s’est retrouvé sur le toit du bâtiment. Les deux pilotes étaient seuls à bord de leur appareil lorsque l’accident s’est produit.

Les deux appareils étaient des Cessna 152 exploités par l’école de pilotage Cargair, situé dans l’arr. de Saint-Hubert.

Le pilote décédé était un jeune étudiant chinois de 21 ans.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Double meurtre à Brossard

Le soir du 17 juillet, un citoyen fait la découverte de deux corps dans un secteur boisé du chemin des Prairies, à Brossard.

Les corps criblés de balles sont identifiés comme étant Kevin Paul et Mohamed Odeh, 21 et 23 ans.

Une semaine après le drame, l’enquête est confiée au Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ). Aucune arrestation n’a été effectuée dans cette affaire, mais tout porte à croire que les meurtres seraient liés au crime organisé.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Fatima Houda-Pepin coupable de diffamation

Le 9 août, la Cour du Québec rejette la demande d’appel de Fatima Houda-Pepin et maintient la condamnation de l’ex-députée libérale. Cette dernière doit donc verser 20 000$ à titre de dommages moraux et 4000$ à titre de dommages punitifs, en plus des frais de justice, à l’ancien maire de Brossard Paul Leduc, qu’elle est accusée d’avoir diffamé.

Une semaine avant le scrutin du 7 avril 2014, la candidate indépendante avait écrit une lettre publiée sur le site internet de l’hebdomadaire local Le Rive-Sud Express. Elle y indiquait entre autres qu’il s’agissait d’une élection clé en main livrée par l’équipe de Paul Leduc à Gaétan Barrette.

Dans un jugement très détaillé, la juge Sirois a retenu que la preuve démontrait clairement que Paul Leduc n’avait pas «livré» d’élection «clé en main» à M. Barrette et a conclu que Mme Houda-Pepin avait commis une «importante faute diffamatoire».

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Trois ans de prison après une poursuite qui dérape

L’homme impliqué dans une courte mais dangereuse poursuite policière qui a blessé grièvement un agent sur la route 116, le 6 janvier, restera encore pour un bon moment derrière les barreaux.

Le 13 septembre, Mario Vincent plaide coupable à trois chefs d’accusation, soit de voies de fait graves contre un agent de la paix, de conduite dangereuse et de bris de condition. L’homme de 44 ans est condamné à trois ans de prison. Il lui sera également interdit de conduire tout véhicule pendant une période de 15 mois après sa libération.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Une mère coupable d’avoir «loué» sa fille à un présumé pédophile

Le 22 septembre, une femme de 38 ans a été reconnue coupable de 8 des 14 chefs d’accusation qui pesaient contre elle, dont d’avoir vendu les services sexuels de sa fille.

L’accusée a avoué s’être entendue avec Marc Clermont dans le but de commettre ces actes criminels. La mère a de plus avoué avoir exercé un contrôle sur les mouvements de sa fille en vue de faciliter son exploitation.

Les gestes reprochés à l’accusée auraient été commis sur une période de près de quatre ans, de 2013 à 2017. Pendant cette période, elle a en partie vécu des produits de la prostitution de sa fille.

Elle devrait recevoir sa sentence le 11 décembre. Marc Clermont devrait pour sa part connaitre son sort au début de 2018.

Photo: Archives – Le Courrier du Sud 

Un garçon de 3 ans se noie dans le Vieux-Longueuil

Un enfant de 3 ans est retrouvé inconscient dans une piscine privée du Vieux-Longueuil, dans la soirée du 8 octobre. Malgré les efforts des ambulanciers, rapidement dépêchés sur les lieux, le décès du bambin est constaté à l’hôpital Charles-LeMoyne.

Les enquêteurs du SPAL déterminent que la mort de l’enfant est accidentelle.

 

Maurice Di Genova accusé de meurtre au premier degré

Le 26 octobre, Maurice Di Genova est formellement accusé du meurtre avec préméditation de sa femme.

Le 24 juin 2016, des agents du Service de police de l’agglomération de Longueuil font la découverte d’un cadavre en état de décomposition avancée à l’intérieur d’un duplex de l’avenue Tisserand, à Brossard. Le corps de la victime se trouve dans tel un état de putréfaction qu’un test d’ADN est nécessaire afin de s’assurer qu’il s’agit bel et bien de l’épouse de Di Genova. L’homme dans la soixantaine est arrêté le lendemain et est détenu depuis.

Di Genova a renoncé à sa demande de remise en liberté en attendant son procès et sera de retour en cour pour son enquête préliminaire les 7 et 8 mai 2018.

Selon l’avocate de l’accusé, ce dernier ne nie pas être l’auteur du crime, mais conteste qu’il s’agissait d’un acte délibéré et planifié.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Le policier Patrick Ouellet subira son procès

L’agent de la Sûreté du Québec Patrick Ouellet, accusé d’être responsable de la mort d’un enfant de 5 ans au cours d’une filature survenue en février 2014, subira finalement son procès. Sa requête d’arrêt des procédures est rejetée par le juge Denis Noël le 21 novembre, au palais de justice de Longueuil.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait d’abord statué qu’aucune accusation criminelle ne serait portée contre le policier. La décision ayant soulevé un tollé de protestations, la ministre de la Justice a demandé à ce qu’un comité spécial se penche sur le dossier.

 

Photo: Archives – Le Courrier du Sud

 

Un joueur compulsif purgera 15 ans en prison pour en avoir tué un autre

Le 4 décembre, Phu Cuong Nguyen est condamné à 15 ans de prison pour le meurtre au second degré de Sy Hoang Nguyen, retrouvé mort le 27 décembre 2014.

Selon ce qui a été rapporté en cour, le jour du meurtre, la victime venait de remporter une somme de 54 600$ au casino de Montréal. Ce dernier avait des dettes importantes, dont certaines qu’il devait à Phu Cuong Nguyen. Les deux hommes étaient tous les deux des joueurs compulsifs fréquentant régulièrement le Casino.

De retour à sa résidence après avoir encaissé une partie de son gain, la victime a reçu la visite de Phu Cuong Nguyen. Une chicane aurait éclaté entre les deux individus et une altercation de quelques secondes s’en est suivie, au cours de laquelle l’accusé a asséné neuf coups de marteau à l’homme de 53 ans, qui lui seront fatals.

 

Commenter cet article

avatar