Aéroport de Saint-Hubert: baisse de revenus de 40% au printemps

Aéroport de Saint-Hubert: baisse de revenus de 40% au printemps
(Photo : Gracieuseté)

L’aéroport de Saint-Hubert a vu ses revenus chuter de 40% au printemps, en raison de la crise de la COVID-19.

En entrevue avec La Presse canadienne au début du mois de juin, la directrice générale de Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) Jane Foyle expliquait que les revenus des loyers étaient stables, alors que les frais d’atterrissage et les redevances de carburant étaient en forte baisse en raison de la baisse des activités liées à la pandémie. Les manœuvres de posés-décollés, pour des vols de courte durée qui partent de l’aéroport et y reviennent, avaient entre autres diminué de 80% au mois d’avril.

L’aéroport, qui constitue un service essentiel, est demeuré en opération continuelle 7 jours sur 7, 24 heures par jour malgré tout.

«L’aéroport sert de base à de nombreux opérateurs dont les services sont de première nécessité en temps de crise, par exemple les services de sécurité publique tels la Sureté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada, les services d’évacuation aéromédicale, l’armée, etc.», rappelait Mme Foyle.

Pas de retour à la normale avant 2023

Les activités normales ont repris à l’aéroport au cours des dernières semaines. Toutefois, il serait surprenant que les vols privés et les vols commerciaux reprennent avant la fin de l’été, soutient Jane Foyle.

Cette situation n’est pas unique à Saint-Hubert. Siégeant sur le Conseil des aéroports du Canada, l’association qui représente les aéroports canadiens auprès du gouvernement fédéral sur des enjeux qui affectent leurs intérêts, Mme Foyle n’envisage pas un retour à la normale pour le voyage de passagers avant 2023 ou 2024.

Entrée en fonction en mars 2018, la directrice de DASH-L rappelle également que son rôle consistait entre autres à mettre en œuvre le plan stratégique de l’aéroport, dont le projet d’implantation d’une aérogare, l’élaboration et l’application du plan de gestion de la sécurité de l’aéroport, ses opérations, ainsi que l’entretien de ses équipements et installations.

«Les lignes aérienne ont été grandement bousculées avec la pandémie. Cependant, pour nous, le marché sera toujours là. Notre zone d’attraction pour l’aéroport, c’est 2,8 millions de citoyens qui pourraient potentiellement utiliser nos services. Nous serons prêts quand le bon moment sera venu», ajoute-t-elle.

Force économique régionale

Au moment où la pandémie a frappé, à la mi-mars, DASH-L était sur le point de lancer son plan directeur visant à positionner l’aéroport et toutes ses activités à moyen et à long terme. Sa directrice ajoute que l’aéroport de Saint-Hubert et tout son écosystème d’entreprises représentent un atout économique «majeur» pour Longueuil et la Montérégie.

La plus récente étude d’impacts économiques, datée de juillet 2019, révèle entre autres que les entreprises avaient généré des retombées de plus de 664 M$ durant la seule année 2018.

Aucune décision n’a encore été prise pour un nouveau lancement.

Texte d’Alexandre Lampron – Initiative de journalisme local – La Presse canadienne

Partager cet article

7
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
6 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
FrancoisBoucquieUn "chinois qui pédale" avec des $ Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
François
Guest
François

On dort mieux il y a au moins ça de bon!

Quand on voit la vigueur de la construction autour de l’aéroport, sans réel lien avec la présence d’un aéroport (autour du site de Molson entre autre), on se demande si on ne devrait pas utiliser les terrains de l’aéroport pour diversifier notre économie d’avantage au lieu de mettre nos œufs dans le même panier avec des millions de pieds carré de gaspillé.

Cette situation ouvre les yeux à bien des égards!

Boucquie
Guest
Boucquie

Qu’est-ce que votre sommeil peut bien leur faire, il ne rapporte rien. Et comment se péter les bretelles, à ce que je sache, cet aéroport est toujours à vocation militaire, déjà 7/7, 24/24, mais on aime bien se placer en avant de la parade. Les posés/décollés ont diminués car les asiatiques sont tous rentrés chez eux, pourtant on essayait d’éviter de le mentionner lorsque les plaintes augmentaient?

François
Guest
François

la vocation miliaire n’est pas ce qui dérange. Nos Cf-18 nous avons peur que les morceaux tombent en les utilisant, il doit y avoir tout au plus 5-6 hélicoptères par jours qui décollent, des trailers et quelques camions qui traînent et un hangar militaire. Le volet militaire requiert 10% de l’espace , qu’il conserve l’espace et une piste pour eux. Le reste ne rapporte rien!! Qu’il convertisse du pieds carré en quelque chose de moins dérangeants et qui rapporte plus que quelques chinois qui arrivent en pédalant sur leur vélo avec des liasses dans leurs bas.

Un "chinois qui pédale" avec des $
Guest
Un "chinois qui pédale" avec des $

Je cite : retombées de plus de 664 M$ (Juste au cas ou tu sais pas trop lire : 664 Million de Dollars Canadien, en chiffre cela fait : 664.000.000$ ) durant la seule année 2018.

Boucquie
Guest
Boucquie

Des retombés où? Surement pas à soulager mon compte de taxe dont la ville continue à piger dedans pour les renflouer en subventions. Ma foi on doit compter tous les domaines qui œuvrent autour…Ceux qui nettoient les rues, la collecte d’ordures, etc… Il faudrait mettre en perspective qu’ici on parle seulement de l’aéroport et on en profite pour prêcher pour sa paroisse et on ne peut les blâmer, mais il faudrait être juste dans leurs assertions……comme on essayait de faire croire que des 327-200 au décollage ne font du bruit que l’espace d’une minute. On tire de beaucoup sur la… Lire la suite »

Francois
Guest
Francois

Vous êtes bien drôle avec vos chiffres sortis d’un chapeau. Tellement de retombée que Chrono n’est même pas capable de terminer la construction de son hangar financé à même nos taxes en subvention. Les mêmes boîtes de matériaux sont sur le toit inachevé depuis 10 mois. J’imagine que le contracteur roule sur l’or!!

Boucquie
Guest
Boucquie

Aéroport militaire veut dire »n’importe qui », »n’importe quand » 24/24 et 7/7. Au lieu d’un aéroport civil qui restreint les heures de vols sous peine d’amendes. Ils n’enlèveront jamais ce statut même sur les militaires ont disparus et la guerre est finie, car ça plait à tous sauf aux habitants de l’axe. Et surtout causerait préjudices à leur petit ami »chrono » qui sectionne vos nuits de sommeil.