Arlette Cousture reconnue encore une fois pour son apport au monde littéraire québécois

Photo de Vanessa Picotte
Par Vanessa Picotte
Arlette Cousture reconnue encore une fois pour son apport au monde littéraire québécois
La Brossardoise et romancière Arlette Cousture a reçu la Médaille du lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel. (Photo : Robert Côté - Le Courrier du Sud)

La romancière Arlette Cousture a reçu la Médaille du lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel, le 2 décembre, à l’hôtel de ville de Brossard. La romancière est notamment reconnue pour son œuvre littéraire Les Filles de Caleb, vendue à plusieurs millions d’exemplaires et pour le téléroman du même nom, qui a fracassé des records d’audience.

Le lieutenant-gouverneur du Québec Michel Doyon a décerné cette médaille de reconnaissance à la Brossardoise pour souligner ses accomplissements remarquables.

«Dotée d’une plume hors du commun, Mme Cousture a, tout au long de sa carrière, su transmettre un riche héritage littéraire, a souligné M. Doyon. Son impressionnante bibliographie témoigne de son talent et de l’amour que lui portent ses lecteurs. Elle a, au fil des décennies, su toucher et émouvoir des millions de lecteurs. Son écriture est unique, vraie et sensible.»

La mairesse Doreen Assaad, qui a également remis un certificat honorifique de la Ville de Brossard à Mme Cousture, a souligné son apport au monde littéraire québécois.

«C’est un immense privilège de voir une Brossardoise reconnue et admirée pour son talent recevoir un tel honneur», a-t-elle mentionné.

Doreen Assaad a également raconté à Mme Cousture qu’elle ne lisait pas beaucoup en français lorsqu’elle était plus jeune, mais que sa première expérience de lecture pour le plaisir a été Les Filles de Caleb.

«Ç’a m’a également permis de tisser des amitiés incroyables au secondaire et je vous remercie pour ça», a lancé Mme Assaad à la lauréate.

«Merci maman et papa!»

Reconnue pour ses nombreux romans historiques, Arlette Cousture a d’abord souhaité remercier ses parents, qui lui ont légué «l’amour de l’écriture».

Arlette Cousture

«Ils nous ont donné une éducation d’exception, a mentionné Mme Cousture, rappelant que ses parents sont nés en 1904 et 1908 et qu’ils détenaient ensemble 30 années de scolarité. Mon père avait l’ambition de donner à ses trois filles au moins 15 années de scolarité, ce qu’il a réussi. Les mots, l’écriture, c’était quelque chose d’important chez nous.»

La romancière a avoué «ne jamais avoir dit merci à ses parents» pour cet héritage.

«On remerciait pour les choses qu’on nous donnait, merci pour des choses matérielles, explique-t-elle. Mais je ne leur ai jamais dit merci pour l’instruction et la culture qu’ils m’ont données.»

Arlette Cousture s’est également remémoré son premier récit, qu’elle avait écrit en 4e année, inspiré d’une montre que sa marraine lui avait offerte à l’occasion de sa première communion.

La retraite

Très émue de recevoir cet honneur, Arlette Cousture a annoncé qu’elle était présentement à l’écriture de son dernier roman, qui sortira d’ici 2021.

«Ce n’est pas vrai que les écrivains sont incapables d’arrêter, a-t-elle lancé. C’est le dernier… c’est mon chant du cygne!»

Même si elle a affirmé que c’est le dernier roman qu’elle signera de sa plume, elle a tout de même laissé une porte ouverte pour un nouveau genre d’écriture.

«Merci d’avoir lu ce que j’ai écrit, car c’est ce qui m’a donné l’énergie de continuer», a-t-elle conclu.

La Médaille du lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel

Le lieutenant-gouverneur du Québec décerne cette médaille en reconnaissance des accomplissements exceptionnels d’une personne ou d’un organisme. Il n’y a pas d’appel de mise en candidature; cette récompense est à l’usage exclusif du lieutenant-gouverneur, en fonction des valeurs et des causes qu’il soutient.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des