Benoît Duguay expose ses plus belles pièces en bois tourné

Par Stagiaire
Benoît Duguay expose ses plus belles pièces en bois tourné
Benoît Duguay à son exposition à la bibliothèque Georges-Dor de Longueuil (Photo : Charles-Émile L'Italien-Marcotte - Le Courrier du Sud)

Benoît Duguay a acheté un tour à bois il y a plus de 20 ans sans trop savoir ce qu’il en ferait. Depuis, il a trouvé l’inspiration et ne cesse de créer des pièces uniques en bois exotiques pour nourrir sa passion. Ces pièces sont exposées à la bibliothèque Georges-Dor de Longueuil jusqu’au 12 septembre.

 

«Mon parrain tournait des gros morceaux, se souvient Benoît Duguay. J’ai vu ses œuvres, c’est de lui que me vient l’inspiration de tourner.»

 

M. Duguay a appris le travail du bois en autodidacte. Il a suivi un cours de finition de bois «pour qu’au moins, ce que je tourne soit bien fini», lance-t-il avec ironie. Puis, il est tombé sur un catalogue de Lee Valley et le déclic s’est produit.

 

«Ils avaient des bases de stylos, se rappelle-t-il. Si tu en achètes 10, tu paies moins cher. J’ai acheté le kit et j’ai commencé.»

 

Sa passion était née.

 

Travail du bois

 

Le bois préféré de Benoît Duguay est l’érable. Mais il aime aussi l’ébène, le cocobolo, l’olivier, le pin de Pennsylvanie, le cerisier et même le bois de cerf de Virginie.

 

Il en fait des stylos, mais aussi des pinces à cravates, des chandeliers, des ouvre-lettres, des sceaux, des baguettes pour les batteries et même des pilons. Tous ces objets sont exposés à la bibliothèque Georges-Dor. «Mais les stylos sont mon dada», ajoute-t-il.

 

«Ça prend entre deux et trois heures pour faire un stylo, explique l’artiste. Au début, ce sont des petits cubes de bois que je perce. Ensuite, je glisse les morceaux sur une tige de métal que je monte sur le tour. Il y a des stylos qui sont plus fins, d’autres plus gros: il faut que tu arrêtes au bon moment.»

 

«Ce sont des pièces uniques, poursuit-il. Je n’imite pas, mais je m’inspire. Je me suis inspiré d’un poivrier gigantesque du restaurant Portofino que j’ai fait sous forme de stylo en ébène.»

 

Mais la pièce dont Benoît Duguay est le plus fier est le stylo en érable et en ébène qu’il a fabriqué pour son mariage avec Emma. «Ma femme est d’Afrique, ça nous représente», dit-il.

 

Un passe-temps

 

Benoît Duguay travaille dans le domaine des assurances. Le travail du bois est une passion à mi-temps.

 

Il vend ses stylos en grande partie sur le Web. «J’ai ma page Facebook, poursuit-il. Les gens peuvent me contacter et peuvent choisir leur sorte de bois, s’ils veulent une base plus fine ou plus grosse.»

 

Il prend les commandes et laisse aller sa créativité.

 

Les pièces exposées à la bibliothèque Georges-Dor couvrent tout le travail de Benoît Duguay. Il y aussi a un présentoir où trône un tour à bois avec les outils qu’il utilise pour réaliser ses œuvres.

 

Le vernissage de l’exposition aura lieu à la bibliothèque Georges-Dor le 31 août à 14h.

 

 

Rens.: facebook.com/TourneurBenoitDuguay/

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des