De l’art, des enfants et des territoires

De l’art, des enfants et des territoires

CULTURE. Le projet en médiation culturelle de l’artiste Cathy Jolicoeur Ma ville, ma communauté, mon monde à moi, un petit coup de pinceau à la fois a réuni des enfants de Longueuil et des enfants autochtones autour du thème de l’exploration du territoire.

Près de 700 jeunes issus de sept écoles de la Commission scolaire Marie-Victorin et de l’école secondaire Otapi 2 de la communauté atikamekw de Manawane, dans la région de Lanaudière, ont ainsi participé à une aventure artistique unique et porteuse d’espoir.

«Comme des frères»

Les petits participants ont tout d’abord exploré l’histoire du territoire de Longueuil grâce à une animation offerte par la Société historique et culturelle du Marigot. Chacun a ensuite pu créer des œuvres d’art sur des plaques d’aluminium en s’initiant à la pratique artistique de Cathy Jolicoeur. Quant aux élèves atikamekws, ils ont également eu l’opportunité de partager un peu de leur culture dans leurs créations en s’inspirant de leur mode de vie et de ceux de leurs ancêtres.

Pour ce faire, l’artiste en arts visuels s’est rendu à trois reprises dans chaque école.

En outre, les petits Longueuillois ont pris la route à la découverte de la réserve de Manawane et ont ensuite reçu les jeunes Atikamekws à Longueuil.

«On s’est promis de refaire un échange l’année prochaine, a assuré l’artiste et enseignante, Cathy Jolicoeur.  Les enfants ont vraiment apprécié leur visite à Manawan. Ils étaient comme frères ou sœurs, et il ont vécu des moments forts. On va se revoir, c’est certain.»

L’artiste a précisé qu’il faudrait privilégier ce type d’échanges dans les écoles et pousser les enfants à visiter des territoires inconnus.

Ce projet en médiation culturelle, réalisé en collaboration avec la Ville, donne lieu à une exposition qui est présentée jusqu’au 30 avril à la bibliothèque Georges-Dor.     

Commenter cet article

avatar