Un tremplin pour la relève artistique

Un tremplin pour la relève artistique

Le porte-parole de la 40e finale régionale de Cégeps en spectacle Émile Bilodeau en 2014, lors de sa participation à la finale locale d’Édouard-Montpetit.

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

COMPÉTITION. Sylvain Cossette, Louis-Jean Cormier, Isabelle Boulay, Patrick Huard, Laurent Paquin et Ariane Moffat ont tous une chose en commun: leur participation à la compétition Cégeps en spectacle. Pour une 40e année, le concours offre encore une fois l’occasion aux cégépiens de mettre leur talent de l’avant. Pour plusieurs, il s’agit d’un baptême de la scène qu’ils n’oublieront pas de sitôt.

Existant depuis 1979, le concours est divisé en trois étapes: la finale locale, la finale régionale et la finale nationale.

À l’automne, chaque cégep participant tient à l’intérieur de ses murs une finale locale qui permet de sélectionner quel élève ou groupe d’élèves le représentera à l’une des cinq finales régionales.

Cette année, c’est le cégep Édouard-Montpetit qui accueille la finale régionale Centre-Ouest, à la salle Pratt & Whitney du Théâtre de la Ville le 16 mars. À cette occasion, les 13 gagnants des finales locales de la région se réuniront afin de défendre leur titre. Le jury, qui compte cinq membres, se basera sur l’originalité, la présence sur scène et le talent afin de sélectionner les deux gagnants qui prendront part à la finale nationale.

«Les activités culturelles ont toujours été très importantes pour nous, explique le conseiller à la vie étudiante d’Édouard-Montpetit et responsable de l’organisation Martin Rivest. Les étudiants ont encore un intérêt pour ça. Cégeps en spectacle, c’est une machine bien rodée. C’est une formule gagnante.»

Que ce soit en solo ou en groupe, les élèves mettront de l’avant leur talent dans l’une des disciplines suivantes: chant, danse, humour, musique, théâtre, art oratoire et arts du cirque.

«Même après 40 ans, il y a toujours du nouveau; les élèves réussissent à nous surprendre avec leur originalité, affirme M. Rivest. Chaque édition, on monte un spectacle différent, avec de nouvelles personnes qui amènent leurs couleurs. Par exemple, cette année, on a une troupe de 20 danseurs qui performera sur scène; c’est très rare qu’il y a un groupe aussi gros.»

Cégeps en spectacle, devenu une véritable institution depuis sa création, cherche à mettre au premier plan les arts de la scène, à promouvoir la langue française, mais aussi à donner la chance aux cégépiens de toucher de près ou de loin au monde du spectacle.

Les étudiants sont donc encouragés à s’impliquer sur plusieurs plans; animation, technique et logistique.

De participant à porte-parole
L’artiste invité et porte-parole de l’événement Émile Bilodeau assurera la partie hors-concours de la finale Centre-Ouest en offrant une performance aux spectateurs réunis au Théâtre de la Ville, lui qui s’était retrouvé sur cette même scène en 2014 en tant que participant.

À l’époque, il avait chanté ses compositions et s’était taillé une place à la finale nationale, au terme de laquelle il avait terminé en deuxième position. Il avait également mis la main sur le prix de la Fondation SOCAN.

«Le meilleur souvenir que je garde de ma participation, c’est la rencontre des autres candidats du concours, se rappelle Émile Bilodeau. Je me suis fait de bons amis. C’est une compétition, certes, mais c’est avant tout un spectacle. On était là pour se faire du fun et on s’encourageait entre nous. C’est vraiment beau de voir tous les liens qui se développent dans le cadre du concours.»

Au cours des cinq dernières années, la carrière de l’auteur-compositeur-interprète a littéralement décollé. La sortie de son premier album solo Rites de passage à l’automne 2016 de même que son prix Révélation de l’année au Gala de l’ADISQ en 2017 sont certainement deux de ses plus grandes réalisations.

Le Longueuillois poursuit aujourd’hui sur cette lancée; son deuxième opus devrait voir le jour en 2019.

«Je suis vraiment fier d’être porte-parole de la 40e édition et de performer à la finale Centre-Ouest comme invité, confie le musicien. Depuis ma participation au concours, tellement de choses ont déboulé.»

«Dans les écoles, on valorise beaucoup le sport, mais on parle rarement d’art, ajoute-t-il. En ce sens, je trouve que Cégeps en spectacle est très important pour le Québec. Il permet aux jeunes d’avoir une plateforme pour s’exprimer. Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, l’important, c’est d’être fier. Ça demande beaucoup de courage, à 16-17 ans, pour monter sur une scène. Le meilleur conseil que je peux leur donner est de bien se préparer et, surtout, d’en profiter le plus possible!»

Caleb Amoussou représentera Édouard-Montpetit
L’humoriste Caleb Amoussou, étudiant en sciences de la santé, que l’on aperçoit sur la photo de la première page, est celui qui représentera Édouard-Montpetit à la finale régionale. L’humble jeune homme de 18 ans est impatient à l’idée de se retrouver sur la scène du Théâtre de la Ville.

«C’est un privilège pour moi. Quand j’ai fait la finale locale, il y avait plein de gens avec tellement de talent et je me disais “C’est fou, les gens sont bons!”. D’avoir gagné, je prends vraiment ça comme un privilège, je suis très reconnaissant.»

Caleb Amoussou

Originaire du Togo, en Afrique, Caleb Amoussou s’est lancé en humour à 16 ans, dans le cadre d’un projet personnel à l’école. En septembre, il lançait son premier spectacle, C’est à mon tour. La salle Jean-Louis Millette était remplie pour l’occasion; une expérience inoubliable pour le jeune homme.

Caleb Amoussou se qualifie comme un raconteur d’histoires et refuse d’être vulgaire sur scène; question de valeurs.

«Je me rends compte qu’il y a beaucoup d’humoristes qui font des blagues sexuelles et qui ne font que sacrer, note-t-il. Ça ne concorde pas avec mes valeurs et je me dis que tant qu’à être humoriste, je veux montrer aux gens qu’il est possible d’être drôle sans nécessairement être vulgaire à chaque blague.»

L’humoriste se sent d’attaque à l’aube de la finale régionale. Il a ajusté ses blagues en fonction des commentaires qu’il a reçus à la finale locale ainsi que lors d’un précédent concours.

«La base est pareille, mais j’ai fait des modifications et je vais voir ce que ça va donner. Il y a toujours une nervosité, mais j’ai toujours plus hâte que je suis nerveux», conclut-il.

À noter que l’École nationale d’aérotechnique, affiliée au Cégep, sera de son côté représentée à la finale régionale par les Blues Brosseurs, un groupe composé de Guillaume Asselin, Mathieu Bélanger, Olivier Beausoleil et Samuel Daoust. (K.H.-P.)

La finale nationale de Cégeps en spectacle aura lieu le 27 avril au cégep de Sorel-Tracy.

Rens.: www.riasq.qc.ca/section/cegeps-en-spectacle.

Commenter cet article

avatar