Départ de la Régie de police Roussillon: la nouvelle a surpris

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Départ de la Régie de police Roussillon: la nouvelle a surpris
(Photo : Archives - Le Reflet)

Invitées à commenter la décision de la Ville de Saint-Constant de quitter la Régie intermunicipale de police Roussillon pour créer son service de police autonome, les Villes de La Prairie et Delson n’ont pas caché leur étonnement.

Le maire de La Prairie Donat Serres a affirmé avoir appris la nouvelle sur le site web du Reflet.

«Je trouve que c’est une façon cavalière de l’apprendre, a-t-il déploré. Nous avions prévu une réunion à ce sujet la semaine prochaine. Ça aurait été intéressant d’apprendre la nouvelle à ce moment.»

M. Serres a indiqué au journal qu’aucun représentant de Saint-Constant n’était présent lors des dernières rencontres du conseil d’administration de la Régie.

«On se demandait ce qui se passait», a-t-il confié.

De son côté, le directeur général de Delson Éric de la Sablonnière a mentionné au Reflet que la Municipalité a été «surprise de la rapidité avec laquelle Saint-Constant a pris sa décision».

Tant La Prairie que Delson précisent qu’elles veulent poursuivre leurs efforts pour renouveler leur entente avec la Régie intermunicipale de police Roussillon, échue depuis le 31 décembre 2018.

Le Reflet est en attente des réactions des autres municipalités, notamment celle de Sainte-Catherine. La mairesse Jocelyne Bates est présidente de la Régie intermunicipale de police Roussillon.

La Ville de Saint-Philippe a indiqué au journal que la mairesse est à l’extérieur du bureau jusqu’à la semaine prochaine.

Avec la collaboration de David Penven.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des