Des citoyens coincés à l’étranger rentrent aujourd’hui

Photo de Hélène Gingras
Par Hélène Gingras
Des citoyens coincés à l’étranger rentrent aujourd’hui
(Photo : Depositphotos)

«Yé! Je te dois deux gros bisous sur le front ! Lollll, c’est vrai, je ne peux pas à cause du coronavirus! Mais je suis tellement content!» C’est en ces mots que Ridha Dekkar, coincé en Algérie depuis la mi-mars, a écrit au Reflet pour faire savoir qu’il a obtenu son billet d’avion pour rentrer au pays aujourd’hui (le 31 mars).

«Je suis en train de danser partout», a-t-il ajouté en remerciant le Journal d’avoir publicisé son histoire.

Ce résident de Longueuil pourra bientôt retrouver sa femme et ses enfants et aussi reprendre son boulot de paramédic, lui qui œuvre à Delson pour la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CÉTAM) depuis plus de 20 ans.

Le gouvernement canadien a confirmé sa place sur l’avion qui partira d’Alger, a-t-il dit. Son vol lui coûtera autour de 1250$, soit le prix d’un aller-retour normalement pour l’Algérie.

«J’aurais été prêt à payer le double!» a-t-il avoué soulagé.

Un autre résident de la région, Chakib Ghermi, est aussi coincé en Algérie. Le Journal l’a su après avoir publié l’histoire de M. Dekkar.  M.  Ghermi revient aussi mardi, a confirmé avec joie son épouse au Reflet.

Autre situation

Pour sa part, Marc Petit, de Saint-Constant demeure pris au Pérou, malgré ses démarches et le coup de main du consul autrichien en poste là-bas. Il devait avoir un vol pour se rendre à l’aéroport international de la capitale Lima, à deux heures d’avion d’où il se trouve, mais celui-ci a été annulé à la dernière minute, lundi.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires