Des gyms menacent de rouvrir leurs portes dès le 29 octobre

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Des gyms menacent de rouvrir leurs portes dès le 29 octobre
(Photo : Deposit photo)

Alors que tout porte à croire que le gouvernement Legault annoncera ce lundi soir le maintien des fermetures et des mesures sanitaires en vigueur au-delà du 28 octobre, une coalition de 200 gyms, centres de yoga, de danse, d’arts martiaux et de Crossfit ont annoncé leur intention de rouvrir leurs portes le 29 octobre. Parmi eux, le SSP Barbell Club, à Longueuil.

Des propriétaires de salles de sports déplorent la fermeture de leurs commerces depuis le 8 octobre, alors que les mesures sanitaires y étaient respectées et que ces lieux ne se sont pas avérés être des foyers d’éclosion, plaident-ils.

Ils demandent au gouvernement de prouver, études à l’appui, que les gyms et autres salles ont été des sources d’éclosion, à défaut de quoi, ils accueilleront à nouveau les clients dès le 29 octobre.

«On n’arrive pas à suivre la stratégie du gouvernement alors que nous contribuons à la santé physique et mentale de la population », évoque Steve Dubé propriétaires du SSP Barbell Club à Longueuil.

M. Dubé affirme avoir reçu des témoignages de clients déçus de cette fermeture, alors qu’ils fréquentaient le gym pour combattre la dépression, l’anxiété ou encore pour se rétablir de maladies et d’accidents.

«Partenaires» de la santé des Québécois

La Coalition insiste également sur la place centrale qu’occupe l’exercice physique dans la santé de la population.

«La ministre Isabelle Charest doit monter au front avec nous. Nous faisons partie des solutions et non du problème», croit la propriétaire du Studio Evedanz de Châteauguay, Marie-Ève Charbonneau.

Cette dernière a indiqué par la suite au journal qu’elle respectera les directives de la santé publique et n’ouvrira pas illégalement son commerce. Elle s’est dite satisfaite des réponses obtenues en fin de journée. Mme Charbonneau explique que les studios de danse pourraient en effet accueillir les clients en «mode libre», soit sans entraîneur, à raison de huit personnes à la fois dans certains studios, afin d’assurer une distanciation physique. Au Studio Evedanz, un maximum de deux personnes à la fois (ou encore un noyau familial) sera accepté.

Plusieurs propriétaires de sport craignent par ailleurs que ce deuxième confinement entraîne des faillites. Ils déplorent que les aides gouvernementales fournies depuis le début de la pandémie ne suffisent pas à couvrir les pertes, d’autant plus que des sommes importantes ont été investies pour respecter les règles sanitaires.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires