Grande-Allée: Vélo-Québec avait recommandé deux pistes unidirectionnelles

Grande-Allée: Vélo-Québec avait recommandé deux pistes unidirectionnelles

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

ROUTE. Dans le cadre du projet d’élargissement du boul. Grande-Allée, Vélo-Québec recommandait l’aménagement d’une piste unidirectionnelle de chaque côté de l’artère, plutôt qu’une piste bidirectionnelle d’un seul côté, comme l’ont privilégié Longueuil et Brossard.

L’avis de Vélo-Québec commandé par la Ville de Brossard a été rédigé en 2015. Mais ce n’est qu’il y a quelques semaines que le citoyen Jean Renaud a pu en prendre connaissance, grâce à de multiples démarches au moyen de la Loi d’accès à l’information.

Le projet d’élargissement du boulevard, dont le chantier a été repoussé à l’été 2018, prévoit six voies de circulation, soit deux pour les voitures et une pour le transport en commun. Une section gazonnée ainsi qu’un trottoir pour les piétons étaient aussi prévus pour chacune des directions dans le scénario original.

Dans un avis technique, Vélo-Québec se montre critique quant à l’option d’une piste bidirectionnelle, prévue uniquement du côté de Brossard, adjacente au trottoir.

«La faiblesse majeure des aménagements bidirectionnels se situe aux croisements, décrit-on dans le document. Chacun d’entre eux est une zone de conflit potentiel entre cyclistes et automobilistes, car

une partie des cyclistes ne circulent pas dans le sens de la circulation.»

Un automobiliste qui souhaite faire un virage à gauche doit croiser les deux voies cyclables et ainsi s’assurer qu’il n’y a pas de cyclistes dans les deux directions.

Le rapport fait également valoir qu’un tel aménagement crée une cohabitation plus difficile entre les usagers. Du côté où il n’y a pas de piste cyclable, les cyclistes circuleront inévitablement sur le trottoir.

Vélo-Québec recommande plutôt la création d’une piste unidirectionnelle de chaque côté du boulevard. Les cyclistes circuleraient ainsi dans le même sens que les voitures et seraient séparés des voitures par une petite section gazonnée avec des arbres.

Le scénario proposé par Vélo-Québec n’implique pas d’empiétement supplémentaire.

Une voie cyclopédestre de 2,5 mètres de largeur, unidirectionnelle pour les cyclistes, est une autre des suggestions avancées.

L’un des côtés de Grande-Allée, selon la proposition de Vélo-Québec

Pas trop tard

Jean Renaud est le citoyen qui a fait une demande d’audience publique afin que le projet d’élargissement du boul. Grande-Allée soit soumis au BAPE. Une médiation à laquelle il a pris part et qui a débuté en 2016.

«Ce rapport de Vélo-Québec n’a jamais été présenté en médiation, c’est resté secret», déplore-t-il au journal.

À l’assemblée du conseil de Longueuil du 20 février, M. Renaud a demandé si la Ville entendait tenir compte de cet avis de Vélo-Québec avant d’entamer les travaux à l’été.

Avec les aménagements prévus, «les résidents de Longueuil auraient à traverser six voies, a-t-il rappelé. Cet aménagement n’atteint pas les objectifs du Plan de mobilité active de la Ville et du plan stratégique de développement durable.»

Il a demandé à la Ville de réviser l’aménagement du boulevard, estimant qu’il est encore temps d’apporter des modifications puisque le chantier n’a pas été entamé.

Éviter les délais

Le conseiller Éric Beaulieu a rappelé que le dossier est actuellement entre les mains du ministère de l’Environnement. D’avis que les citoyens du secteur ont hâte de voir ce projet se concrétiser, il estime qu’il est «inutile de retarder [son] aménagement».

La mairesse aurait d’ailleurs récemment fait pression auprès du ministère afin qu’une décision soit rendue rapidement.

Le directeur général de la Ville Patrick Savard a confirmé que les équipes responsables du dossier, tout comme le BAPE, avaient pris connaissance de l’avis de Vélo-Québec. «La solution soutenue par les villes – ce n’est pas la solution idéale, mais une solution de compromis, étant donné les enjeux – est celle qui a été prise», a-t-il affirmé.

Poster un Commentaire

avatar