Hausse de taxes de 1,35% à Saint-Lambert

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Hausse de taxes de 1,35% à Saint-Lambert
Le maire de Saint-Lambert Pierre Brodeur (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Les Lambertois verront leur compte de taxes augmenter de 1,35% en 2021. Le conseil municipal a adopté à la majorité un budget de près de 58,9 M$, lors d’une séance extraordinaire, le 14 décembre.

Pour une maison moyenne unifamiliale de 639 344$, le compte de taxes s’élèvera à 6 407$, ce qui représente une augmentation de 85$ par rapport à 2020. Mentionnons toutefois que la valeur de la maison moyenne est passée de 635 846$ à 639 344$; une hausse de 0,55%. En considérant cette nouvelle valeur moyenne, la hausse est de 1,9%.

La Ville affirme avoir gelé le taux de taxation des services locaux et attribue cette hausse à l’augmentation de 4,75% de la quote-part des services d’agglomération.

Débat sur les taxes et surplus

Selon le maire Pierre Brodeur, offrir un gel de taxes aux citoyens, comme l’ont fait d’autres villes de la Rive-Sud, aurait impliqué pour Saint-Lambert de couper dans les services ou d’en réduire la qualité.

«Dans ces conditions difficiles, nous sommes fiers de vous présenter ce budget responsable qui respecte votre capacité de payer, avec une hausse de taxation limitée au minimum», dit-il.

Le directeur général de la Ville, Robert Belliveau, a expliqué que la situation a été favorable pour Saint-Lambert en 2020 en raison de la hausse substantielle des droits de mutation et de l’aide financière de 2,5 M$ accordée par les gouvernements de Québec et Ottawa pour faire face à la crise.

«Ce sont des éléments majeurs qui sont malheureusement non récurrents, a-t-il toutefois nuancé. De sorte que si on avait réinjecté cet argent là pour diminuer le compte de taxes, le citoyen aurait été pris avec une hausse vertigineuse en 2022.»

Ainsi, des surplus ont été conservés pour les années à venir.

Le conseiller Bernard Rodrigue, qui a voté contre le budget, aurait préféré offrir un gel de taxes aux citoyens.

«Quand le gouvernement a décidé d’allouer une somme de 2,5 M$ à Saint-Lambert, ce n’était pas pour que les citoyens s’endettent davantage en repoussant dans le futur. Vous savez, on va avoir des impôts sur ce 2,5 M$», a-t-il soutenu.

Le conseiller Loïc Blanquaert, aussi en défaveur du budget 2021, s’inquiète que cette «année extraordinaire» grâce aux droits de mutations et à l’aide gouvernementale ne se reproduise pas. «Pour les prochaines années, on se dirige dans un mur qui sera très difficile à surmonter parce que non seulement les cotisations d’agglomération vont augmenter, nos revenus risquent de diminuer et nos dépenses locales vont continuer à augmenter si on ne fait rien.»

Le conseiller Francis Le Chatelier leur a répondu que «c’est certain que ç’aurait été politiquement très rentable, en dernière année de mandat, de geler les taxes. Mais si on pense aux années futures, et même au conseil futur, on a décidé d’augmenter de 1,35%, ce qui m’apparait très justifiable.»

Le conseiller David Bowles a quant à lui souligné que les dépenses locales ont été gelées et que l’augmentation est causée par les dépenses d’agglomération.

Le budget

Le budget de la Ville pour 2021, établi à près de 58,9 M$, représente une hausse de 3,32% par rapport à 2020.

Une grande partie de ce montant, soit 24,6 M$, est consacrée aux quotes-parts versées à l’Agglomération de Longueuil et à la Communauté métropolitaine de Montréal.

Puis, 10,8 M$ sont attribués aux salaires et 7,5 M$ au service de la dette. Un montant de 9,6 M$ est reliés aux dépenses à récurrence variable telles que le contrat de matières résiduelles (1,4 M$), l’entretien du matériel roulant (782 000$), ainsi que le gaz et l’électricité (685 000$).

Mentionnons que plus de 80% des revenus de la municipalité proviennent des taxes foncières.

Pour la prochaine année, la Ville maintient les investissements pour la plantation d’arbres, la gratuité des plateaux sportifs aux organismes dont l’offre de service s’adresse aux jeunes et la gratuité du transport en commun pour les aînés à faible revenu.

Déséquilibre fiscal

Selon M. Brodeur, ce budget représentait un défi compte tenu du «déséquilibre fiscal de Saint-Lambert» au sein de l’agglomération.

«La formule de calcul en place a pour effet de taxer davantage les villes qui ont une forte proportion de leur assiette fiscale provenant du secteur résidentiel, ce qui est le cas de Saint-Lambert. Avec ce calcul, Saint-Lambert se retrouve à payer environ 1,5 fois plus cher ses services d’agglomération», explique-t-il.

M. Brodeur mentionne que les demandes pour réévaluer ce calcul n’ont jusqu’à maintenant donné aucun résultat, mais que la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, s’est dite ouverte à discuter de cet enjeu de fiscalité.

«Malheureusement, les autres villes liées sont réticentes devant l’impact à la hausse que ce changement pourrait avoir sur leurs propres comptes de taxes, dont elles réussissent à geler l’augmentation l’an prochain. Nous continuerons néanmoins nos représentations, car nous croyons fermement qu’il est possible d’arriver à une situation équitable pour tous», soutient-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires