La relève se pointe au sein des sociétés d’État

La relève se pointe au sein des sociétés d’État

Le député de Sainte-Rose Jean Habel, au moment de l’adoption de la Loi 693.

Crédit photo : Gracieuseté

Au même titre que les entreprises, les sociétés d’État ont entrepris des efforts afin d’assurer une relève au sein de leurs conseils d’administration, à la suite d’un projet de loi déposé par le député de Sainte-Rose Jean Habel.

La Loi 693, adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale en décembre 2016, favorise la présence de jeunes au sein des 23 conseils d’administration des sociétés d’État. Selon les mesures proposées, le gouvernement est maintenant tenu de nommer sur le C.A. de chaque société d’État au moins un membre de 35 ans ou moins au moment de sa nomination.

Selon Jean Habel, qui était lui-même le plus jeune député de l’Assemblée nationale au moment de l’adoption de la Loi, cette mesure a fait un large consensus au sein de toute la députation.

«Ç’a aussi été applaudi par de nombreux groupes jeunesse. C’est une mesure phare pour assurer une équité entre les générations», dit-il.

Chaque société d’État dispose d’un délai de transition de cinq ans pour se conformer à cette disposition législative. Mais déjà, «50% des sociétés d’État ont commencé à recruter de jeunes administrateurs», confirme le député de Sainte-Rose.

Il cite en exemple la nomination de la jeune Claudia Di Iorio au C.A. de la Société de l’assurance automobile (SAAQ). Victime d’un grave accident de voiture en 2010, elle est notamment devenue porte-parole du programme Cool Taxi ainsi que de la Consultation publique en matière de sécurité routière. (M.P.)

Commenter cet article

avatar