Inquiétude grandissante pour nos services de santé publics

Comme vous le savez, le 6 février dernier, le gouvernement libéral a une fois de plus eu recours au bâillon pour adopter son controversé projet de loi 10. Les établissements de la Montérégie ont été regroupés dans trois Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS).

Cette loi amène des transformations non seulement au plan du personnel d’encadrement mais également au plan matériel, financier et humain. Tout ce bouleversement se fait à même l’enveloppe budgétaire de la santé.

Parlons-en de ce budget. Il limite à 1,4% le taux de croissance de la santé, alors qu’on sait que pour maintenir le réseau à flot il en faut de 4 à 5%. C’est d’ailleurs ce qui était habituellement injecté au cours des dernières années. Cette diminution de contribution équivaut à une perte de 800 M$.

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) est en négociation pour le renouvellement de la convention collective de ses 32 000 membres. Au-delà de leurs conditions de travail, les professionnels et techniciens se battent pour l’accessibilité et la qualité des services publics.

L’APTS a constaté qu’il y a depuis quelques mois plus de départs que d’embauches. Devant les offres patronales méprisantes, plusieurs salariés ont commencé à quitter le réseau et de nombreux autres ont anticipé leur départ à la retraite. Il y a lieu de s’inquiéter car ces pertes représentent près de 10% de l’expertise du réseau.

Comment peut-on penser qu’avec des compressions budgétaires et une pénurie sévère de main d’œuvre, il n’y aura aucune réduction de services à la population? Nous croyons que c’est inévitable.

Dans ce contexte d’austérité, les hausses de tarifs se multiplient dans différents domaines. Pensons à l’augmentation des frais de garde (PL 28) et à celle de 22% de la facture d’électricité d’ici 2018. Devrons-nous en plus débourser pour des services de santé et des services sociaux au privé? C’est un pensez-y bien!

M. Barrette, nous doutons que vous ayez fait le bon diagnostic.

Les signataires, Lucie Brabant, thérapeute en réadaptation physique, Élise Couture, technologue en radiologie, Marie-Soleil Mariage, travailleuse sociale, Julie Provencher, technicienne en diététique, et Denise Ratthé, technicienne en réadaptation physique, sont toutes membres de l’exécutif local de l’APTS au CSSS Pierre-Boucher, CISSS Montérégie-Est.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des