Kim Ray: suivre ses intuitions

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Kim Ray: suivre ses intuitions
Kim Ray (Photo : Gracieuseté - Manon Baker)

Le chanteur Kim Ray a fait sien le dicton selon lequel il faut suivre son cœur. Son cœur l’a mené à Nashville, où il a enregistré son plus récent album, Your Love is My Fire, un projet qu’il différencie de ses précédentes réalisations artistiques et qui, espère-t-il, en inspirera d’autres à tracer leur chemin et foncer, malgré les obstacles.

Ce feu arboré dans le titre est celui de l’amour. Mais un amour pas comme les autres, qui a profondément changé le chanteur de Longueuil et qui a donné lieu à l’éclosion de Your Love is My Fire.

En 2016, Kim Ray avait lui-même produit et réalisé l’album country When You Smile, à coup de «travail et de sacrifices». Sa chanson Before I Die a joué à travers le Canada et a remporté le prix de la meilleure chansons country de l’Akademia Music Awards, à Los Angeles.

«Je vivais une relation amoureuse particulière, ça ne ressemblait à rien de ce que j’avais vécu. Cette personne, c’était la moitié de moi-même.»

Une relation grâce à laquelle il a grandi. C’est dans cet état qu’est devenue possible la conception de son plus récent album.

«Je n’ai jamais été aussi vrai et sincère dans mes interprétations.»

Bâtir l’«équipe de rêve»

Rory Rositas (ingénieur de son), Brian Pruitt (batteur), Justin Ostrander (guitariste électrique), Kim Ray, Billy Nobel (pianiste), Manon Baker (choriste), Tim Galloway (guitariste acoustique) et Dow Tomlin (bassiste)

Pour ce troisième album, Kim Ray a su s’entourer des meilleurs musiciens de la planète country, dont Nashville en est probablement la capitale.

Dès 2018, il s’y est rendu «faire ses devoirs», en visitant les 10 studios les plus connus et professionnels de Nashville. Accompagné de sa conjointe, il s’était donné le mot d’ordre de se laisser guider par son cœur et d’être à l’écoute de ce sentiment qui lui confirmerait qu’il est au bon endroit.

Chez le réputé Omnisound Studios, il a su qu’il avait trouvé dès qu’il a serré la main du manager.

En septembre 2019, les chansons étaient prêtes. En deux mois, ils ont mis sur pied son équipe cinq étoiles: Justin Ostrander (guitariste de Sam Hunt et Luke Comb), Brian Pruitt (batteur de Cody Johnson), Dow Tomlin (bassiste de Wynonna Judd), Billy Nobel (pianiste de Tim Mcgraw), Tim Galloway (guitariste de Chris Janson) et Carl Miner (guitariste de Cody Johnson et Luke Combs).

«Je me pinçais, c’était une équipe de rêve.»

La pression de se retrouver dans d’aussi excellentes conditions ne s’est pas fait sentir à l’enregistrement, qui s’est déroulé dans une bonne atmosphère.

Il se demande si l’album, aux couleurs plus rock, plaira à ceux qui le suivent depuis ses débuts, à la sortie de son album Inside Out, en 2011.

«Je voulais que ça sonne vrai. Aujourd’hui, l’industrie est bourrée d’effets. C’est surproduit et toutes les voix se ressemblent, on perd l’âme de l’artiste. Ce projet est axé sur qui je suis. C’est une country brut, on sent les instruments.»

Spectacles

Kim Ray reconnaît qu’il est particulièrement difficile pour les artistes country – country anglophone, de surcroît – de percer le marché du Québec. Que ce soit au Canada anglais, au Québec ou aux États-Unis, il compte bien monter sur scène au cours de la prochaine année.

Des prestations dans des rodéos sont déjà planifiées, mais pour le reste, il attend les réactions à la sortie de son album, le 21 février, et du vidéoclip Ghost une semaine plus tôt.

«S’il y a une possibilité de faire une tournée aux États-Unis, je vais y aller, assure le chanteur. Je vais me laisser guider.»

«Suivre son cœur, sa voix intérieure, c’est le plus important dans la vie. Ça permet de ne pas avoir de regrets.»

– Kim Ray

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des