La crise du logement inquiète le député Denis Trudel

La crise du logement inquiète le député Denis Trudel
Denis Trudel (Photo : Gracieuseté)

La crise du logement et de l’itinérance est ce sur quoi a porté la première intervention à la Chambre des communes du député de Longueuil–Saint-Hubert Denis Trudel, le 10 décembre.

Le député du Bloc Québécois a interpellé le gouvernement fédéral alors que 200 membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et du Réseau SOLIDARITÉ itinérance du Québec (RSIQ) manifestaient devant le bureau du premier ministre à Ottawa.

«En Montérégie, il y a des enfants qui dorment dehors! Est-ce que le gouvernement va attendre encore longtemps avant de s’en occuper ?» a questionné le porte-parole de la Solidarité sociale pour la formation bloquiste.

La pénurie de logements locatifs contribue à accentuer les problèmes de logement et d’itinérance, s’inquiète-t-il. Selon le recensement de 2016, 244 120 ménages locataires du Québec avaient des besoins impérieux de logement.

M. Trudel soutient que 420 M$ sont nécessaires au Québec pour remettre en état les HLM, sans compter les grands besoins en matière de nouveaux logements sociaux.

«Le gouvernement fédéral doit rapidement transférer les sommes nécessaires au Québec, et il doit aussi laisser le Québec gérer son programme de logement social sans imposer d’orientations», a-t-il avancé.

Le FRAPRU et le RSIQ demandent que 2 G$ par année soient réservés spécifiquement à la réalisation de nouveaux logements sociaux, en plus des fonds nécessaires pour maintenir ou remettre en état ceux déjà construits.

Ces regroupements souhaitent aussi que le Québec reçoive sa «juste part» des fonds fédéraux, ce que permettrait une signature de l’entente découlant de la stratégie sur le logement.

Ils estiment de plus à 50 M$ les sommes que le fédéral devrait verser annuellement pour lutter contre l’itinérance.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des