La ministre Laforest enclenche la mise sous tutelle de l’Office municipal d’habitation

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
La ministre Laforest enclenche la mise sous tutelle de l’Office municipal d’habitation
Les bureaux de l'Office municipal d'habitation de Longueuil (Photo : Le Courrier du Sud - Ali Dostie)

À la lumière du rapport du Groupe SCE à propos des graves problèmes de gouvernance à l’Office municipal d’habitation de Longueuil, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation a annoncé vendredi après-midi qu’elle avait enclenché le processus de mise sous tutelle de l’organisme.

«J’ai pris connaissance du rapport et les faits qui y sont relatés sont très troublants, affirme la ministre Andrée Laforest par voie de communiqué. Je ne peux tolérer une telle situation, qui met en péril le bien-être des locataires et des employés. J’enclenche donc aujourd’hui le processus menant à la mise sous tutelle de l’Office. J’ai d’ailleurs avisé la mairesse de cette intention.»

«Je remercie la ministre pour la conversation franche et honnête que nous avons eue, indique quant à elle la mairesse Sylvie Parent. J’en arrive aux mêmes conclusions, soit que le processus de mise en tutelle doit être déclenché pour le bien des employés et des locataires. D’ailleurs, il s’agit d’une position que partagent les cinq élus nommés par l’Agglomération et qui siègent au conseil d’administration de l’OMHL.»

C.A. paralysé

Plus tôt vendredi, les cinq élus de l’agglomération membres du C.A. de l’OMHL, dont sa présidente Monique Bastien, avaient adressé une lettre à la ministre Laforest, rejetant entre autres le blâme de la situation à l’OMHL sur les agissements de certains membres du C.A.

«À la lumière de la divulgation d’un rapport confidentiel […], nous en sommes venus à la conclusion qu’il n’est plus possible de continuer d’assumer notre rôle d’administrateur de façon fonctionnelle et vous demandons de prendre des mesures immédiates afin de rétablir la gouvernance de l’organisation», écrivaient les élus.

«Depuis plusieurs mois, nous sommes dans l’impossibilité de remplir pleinement notre rôle et les discussions se concentrent sur les agissements et les propos tenus par certains membres ayant pour effet de discréditer l’OMHL et ses employés, poursuivaient les élus. La divulgation du rapport s’ajoute à d’autres manquements qui ont contribué à rompre la confiance entre les membres du C.A. Sans cette confiance, les travaux du C.A. ne peuvent se poursuivre.»

«Nous tentons depuis des mois de mettre en place les actions qui s’imposent et faisons face à un blocage systématique de certains membres [du C.A.]. […] Le C.A, dans sa composition actuelle, se retrouve dans l’impossibilité d’exercer pleinement son rôle et d’agir relativement aux recommandations figurant au rapport de la firme d’experts indépendants divulgué en contravention au code d’éthique régissant les administrateurs de l’OMHL.»

Graves problèmes

La décision de la ministre Laforest a rapidement été saluée par la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier.

«Bonne décision de la ministre, a-t-elle écrit sur Twitter. La situation perdure depuis beaucoup trop longtemps déjà. Nous espérons maintenant un changement durable dans la gouvernance de l’OMHL.»

C’est en effet en octobre dernier que Le Courrier du Sud dévoilait les graves problèmes qui affectaient les relations de travail mais également les services offerts par l’Office municipal d’habitation.

Des problèmes qu’a confirmé le rapport de la firme externe commandé par le C.A. et dévoilé par la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ) le 3 février. Les révélations du rapport ont mené la Fédération a réitéré sa demande de mise sous tutelle de l’organisme, formulée pour la première le 30 septembre 2020.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires