Le Défi des générations contre le cancer prend un virage vert

Par Stagiaire
Le Défi des générations contre le cancer prend un virage vert
(Photo : Archives – Le Courrier du Sud)

Pour sa 4e édition, le Défi des générations contre le cancer a un nouvel objectif: réduire son empreinte écologique. Devenir plus «vert».

«La Fondation doit donner l’exemple et faire des petits gestes pour grandir», affirme la présidente de la Fondation Nathalie Boudreau, en entrevue avec Le Courrier du Sud.

Fini le plastique

L’objectif principal de la Fondation pour le Défi 2019 est l’abolition du plastique.

Les participants sont invités à apporter leur propre gourde, remplie à la maison. Pour ceux qui n’en ont pas, des bouteilles d’eau compostables seront disponibles sur place.

«Il faut être conscient que tout ce qu’on consomme, on le jette, prévient Nathalie Boudreau. La Fondation veut prendre «demain» en considération. Si «demain» a de l’importance pour les patients atteints de cancer, l’avenir de la planète doit aussi être important.»

La Fondation fournira également une trousse à chaque participant, contenant un sac réutilisable, en plus d’un dossard et d’un chandail.

«Ce sont de petits gestes, mais l’objectif est de devenir plus vert», explique Nathalie Boudreau.

Le RTL s’invite au Défi

Des navettes du Réseau de transport de Longueuil (RTL) seront aussi offertes gratuitement lors de l’événement. Elles relieront le site du Défi et certains stationnements où les participants sont invités à laisser leur voiture.

«Le RTL est fier d’être le partenaire du Défi plus vert et d’offrir un déplacement sécuritaire et efficace à tous les participants de cet événement», mentionne le président du conseil d’administration du RTL Pierre Brodeur.

Être vert a un coût

Le Défi des générations est une activité de collecte de fonds, lesquels sont versés au Centre intégré de cancérologie de la Montérégie (CICM) de l’Hôpital Charles-LeMoyne.

Mais les initiatives vertes ont un coût plus important.

«Il faut que les partenaires et les commanditaires veuillent aussi ce changement, indique Nathalie Boudreau. Il y a des frais, et tout le monde doit le comprendre. Mais les changements difficiles aujourd’hui deviendront la norme.»

«La Fondation veut initier un mouvement à sa portée», ajoute-t-elle.

Rens.: www.fhclm.ca.

Texte de Charles-Émile L’Italien-Marcotte

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des