Le fédéral refuse une subvention à deux organismes pour ne pas avoir prouvé qu’ils étaient dirigés par des Noirs

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Le fédéral refuse une subvention à deux organismes pour ne pas avoir prouvé qu’ils étaient dirigés par des Noirs
(Photo : Depositphotos)

Chrismene Joseph et Crispin Mbaya, qui dirigent deux organismes de Longueuil, ont été choqués d’apprendre cette semaine que leur demande de subvention à l’initiative Appuyer les communautés noires du Canada était refusée par Emploi et Développement social Canada. La raison invoquée? Leurs organismes ne sont pas dirigés par des personnes s’identifiant comme noires.

À LIRE AUSSI : Une réponse « inacceptable », affirme le ministre

«Bien sûr que je m’identifie comme noire! Regardez-moi!» lance Chrismene Joseph, directrice générale du CÉSUMAS.

Mme Joseph et M. Mbaya prenaient part ce vendredi à une conférence de presse virtuelle organisée par le député bloquiste de Longueuil–Saint-Hubert Denis Trudel, afin de dénoncer «la réponse insultante» qu’ils ont reçue.

Chrismene Joseph, directrice générale de CÉSUMAS (Photo : Gracieuseté)

Le député et les deux responsables réclament du gouvernement fédéral que soient revus les critères d’admissibilité du programme.

«Au moment où on essaie de travailler à plus d’inclusion, c’est totalement inacceptable», soutient le député, qui ajoute que le gouvernement fédéral doit s’excuser auprès des deux organismes et de la communauté noire.

Par et pour les communautés noires

Lancée au printemps 2020, l’initiative Appuyer les communautés noires du Canada vise entre autres à fournir des fonds afin d’améliorer les lieux de travail et les espaces communautaires, en offrant des subventions pour l’achat de matériel et d’équipement ou pour la rénovation et la modernisation de locaux.

Pour être admissibles, les organismes devaient démontrer qu’ils sont dirigés par des personnes noires, soit les postes de direction et la structure de gouvernance, et qu’ils appuient les membres de la communauté noire.

«Ce refus est comme une claque dans la face pour les deux organismes.»

 

– Denis Trudel, député de Longueuil–Saint-Hubert

Convaincus qu’ils remplissaient les critères, le CÉSUMAS – qui offre de l’hébergement et du dépannage alimentaire – et le Sentier de l’espoir de l’église pentecôtiste Christ-Roy – pour un projet musical visant à briser l’exclusion des jeunes noirs – ont déposé leur demande respective.

Si quelques informations supplémentaires ont été demandées à Chrismene Joseph au cours de l’automne, on l’a assurée par la suite que son formulaire était complet et conforme.

Refus en deux temps

Le 12 janvier, les deux organismes ont reçu une réponse similaire, indiquant que les informations fournies étaient insuffisantes pour démontrer clairement que leur organisme est dirigé par des personnes s’identifiant comme noires.

Crispin Mbaya, pasteur de l’église pentecôtiste Christ-Roy (Photo : Capture d’écran)

Le lendemain – «comme s’ils s’étaient rendus compte de leur gaffe», avance Denis Trudel –, le ministère a envoyé une nouvelle communication aux organismes, indiquant cette fois qu’après avoir évalué leur proposition, il n’avait pas reçu les informations demandées pour pouvoir donner suite à la demande.

«Quels critères le gouvernement a-t-il utilisé pour déterminer que je ne suis pas assez noire à ses yeux?» se demande Chrismene Joseph, qui souhaitait pouvoir rénover les locaux de dépannage alimentaire de son organisme avec la subvention de 100 000$ demandée.

Crispin Mbaya, qui s’explique mal lui aussi le refus d’Ottawa, trouvait important d’impliquer le député Denis Trudel, «pour que des choses comme ça ne se répètent pas dans l’avenir».

La demande de subvention de 35 000$ aurait permis au Sentier de l’espoir d’acquérir de l’équipement pour offrir des conférences sur la musique et des concerts aux jeunes noirs du territoire, «pour briser leur exclusion et les motiver à rester actifs dans la société.»

À noter que le journal est en attente des précisions d’Emploi et Développement social du Canada dans ce dossier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Leroux Loyola
Leroux Loyola
1 mois

Que veut dire ‘’etre noir’’ ?

Il y a quelques années, je travaillais dans un Centre jeunesse anglophone de Montréal. Le dimanche matin, nous laissions les jeunes dormir. Nous discutions. Une fois, le sujet est tombé sur les noirs (70% de notre clientèle). J’ai demandé à mon collègue noir, qui parlait du racisme contre les noirs, qui avait un égo qui me semblait démesuré et qui était tres fiers de lui-meme, ce que cela voulait dire ‘’être noir’’ au Québec. Il m’a dit qu’il se définissait comme Africain, donc comme un homme noir. Je lui ai demandé de m’expliquer comment lui, qui avait l’air d’un blanc (mulatre), qui n’était jamais allé en Afrique, ne parlait pas une langue africaine, ne vivait pas selon les traditions et les valeurs d’une culture africaine, mais plutôt nord-américaine, ne parlait que l’anglais, était né en Jamaïque, habitait le Canada depuis sa naissance, pouvait se présenter comme Africain ? Il me répondit : «Parce que ma peau est noire» (très pale…). Je lui ai demandé si les Afrikaner d’Afrique du Sud, descendants des premiers colons hollandais arrivés en Afrique vers 1600, blancs à 100%, habitant le pays depuis 400 ans, parlant l’Afrikaner, une langue uniquement africaine, pouvaient se définir comme africains. Il me dit : «Non, car ils sont blancs». Alors je lui ai dit que je ne comprenais pas. Un anti raciste peut-il m’expliquer ? 

Normand
Normand
1 mois

On va espérer que cet argent sera utilisé à bon escient…!