Le maire monte le ton à propos du bruit

Photo de Jonathan Tremblay
Par Jonathan Tremblay
Le maire monte le ton à propos du bruit
Le maire Pierre Brodeur (Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Aucun élément nouveau n’était à l’ordre du jour concernant le bruit au parc Jean-Drapeau, lors de la séance ordinaire du conseil de Saint-Lambert du 27 août. De nombreux citoyens ont toutefois abordé le sujet lors des deux périodes de questions, faisant perdre patience au maire de Saint-Lambert Pierre Brodeur.

À lire aussi: Des résidents dénoncent le vacarme toujours difficile à supporter

«Je ne suis pas un expert en sonomètres! Nous allons attendre les rapports d’évaluation avant de nous prononcer sur leur efficacité, a-t-il indiqué à un citoyen. Pour l’instant, il y a une volonté de travailler avec Evenko et la Ville de Montréal pour améliorer la situation en 2019.»

Le maire a également réitéré qu’il respectait les engagements qu’Evenko avait pris avant les premières discussions entre la mairesse de Montréal Valérie Plante et lui-même. Il a souligné à nouveau que la compagnie devait les honorer jusqu’à l’an prochain et expliqué que chacun des partis devait mettre de l’eau dans son vin pendant ce processus.

«L’organisateur d’Osheaga m’a appelé pour me dire que l’artiste en spectacle était retardé aux douanes et que le spectacle dépasserait malheureusement l’heure prévue, devant 45 000 spectateurs. Aurait-il fallu que je lui demande d’annuler le spectacle et qu’il craigne une émeute?» s’est défendu Pierre Brodeur, relatant un exemple récent.

Une des revendications citoyennes était que les sonomètres mesurent l’intensité du son à la seconde au lieu d’une moyenne par période de 15 minutes, comme il est présentement le cas; le tout afin d’obtenir des données représentatives de l’ampleur du problème.

Lors d’une deuxième période de questions, le porte-parole du regroupement Silence Saint-Lambert Christian Malaterre a déploré le ton utilisé par le maire, le qualifiant de «scandaleux».

M. Brodeur s’est excusé à la fin de la séance, expliquant cependant ne pas apprécier lorsque la bonne volonté des élus dans ce dossier est remise en doute.

«J’ai même fait du porte-à-porte pour sonder les résidents avec le conseiller Philippe Glorieux. On fait notre maximum pour être à l’écoute des citoyens, mais le nombre de plaintes est disproportionné. Certains citoyens appellent sur des commandes malhonnêtes.»

Lors de la même séance: Parc du Limousin: des citoyens qualifient les décisions de «précipitées»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires