Le personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit en grève le 30 mars

Le personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit en grève le 30 mars
(Photo : Ali Dostie - Le Courrier du Sud)

Face à l’impasse dans les négociations du secteur public et le cadre financier décrété par le gouvernement, qu’il qualifie d’«inflexible», le Syndicat du personnel de soutien du cégep Édouard-Montpetit (SPSCEM) tiendra une journée de grève le 30 mars.

La présidente de la Fédération du personnel de soutien de l’enseignement supérieur (FPSES) Valérie Fontaine y voit un «cri du cœur en faveur d’une négociation qui permettrait d’octroyer une meilleure reconnaissance d’emplois occupés à 75% par des femmes et, en bout de piste, d’offrir de meilleurs services aux étudiants».

«Les solutions que nous proposons face à la surcharge, à la désertion, au manque de ressources et autres problèmes structurels vécus au quotidien dans nos cégeps se butent depuis un an aux fins de non-recevoir du Conseil du trésor aux tables de négociation, déplore Mme Fontaine. Il est de notre devoir de dénoncer le refus du gouvernement Legault d’octroyer des ressources supplémentaires afin de soutenir le personnel à bout de souffle et d’éviter que les services à la population ne s’engouffrent dans un cul-de-sac.»

«À l’aube du budget du 25 mars, nous lançons un appel à une relance économique féministe qui saura enfin reconnaître à leur juste valeur des emplois occupés par une majorité de femmes qui prennent soin du monde chaque jour dans les établissements scolaires, les établissements de santé et dans les cégeps. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement», affirme le vice-président aux affaires externes du SPSCEM Eddy David.

Cette journée de grève s’inscrit dans la foulée du mandat voté en février par les membres de la CSQ et qui peut aller jusqu’à l’équivalent de cinq jours de grève. (G.M.)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires