Le taux d’inoccupation des logements passe sous la barre des 2%

Le taux d’inoccupation des logements passe sous la barre des 2%
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Le rapport 2019 sur le Marché locatif de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) dévoilé récemment confirme que la pénurie de logements s’est aggravée depuis l’année dernière. Les groupes de défense des droits des locataires, dont le Comité logement Rive-Sud, parlent maintenant d’une «crise généralisée».

Dans l’arr. du Vieux-Longueuil, le taux d’inoccupation pour tous les types de logement est passé de 2% à 1,5%. Dans le reste de l’agglomération – arr. de Greenfield Park et de Saint-Hubert ainsi que Boucherville, Brossard et Saint-Lambert –, le taux d’inoccupation a descendu de 0,1 point pour atteindre 1,9 %. Pour ce secteur, la baisse est drastique pour les logements de type studio, dont le taux est passé de 3,2% à 0,5%.

La pénurie de logements a également eu un impact sur la hausse des loyers. Pour la région métropolitaine de recensement de Montréal, la variation du loyer moyen a été de 3,6%, une hausse plus prononcée qu’au cours des dernières années. De plus, «le loyer moyen des appartements de deux chambres vacants tournait autour de 1080$ dans la métropole en 2019 et dépassait donc d’environ 25% celui des unités déjà occupées», indique la SCHL.

«Les groupes de défenses des droits des locataires dénoncent la pénurie de logements depuis plus d’un an et malgré cela, les différents paliers de gouvernement n’ont pas agi avec le sérieux dont une telle situation l’exige», déplore le directeur général du Comité de logement Rive-Sud Marco Monzon.

«La situation que nous voyons aujourd’hui et les difficultés vécues par les locataires sont le résultat de plusieurs années de négligence de la part des différents gouvernements qui ont peu financé la construction de nouveaux logements sociaux», poursuit le Comité.

Cette crise ne se résume pas simplement à un manque de logements disponibles.

«Nous recevons depuis plusieurs mois des appels de locataires qui doivent endurer des situations telles que des logements insalubres ou du harcèlement de la part de certains propriétaires, fautes de choix», raconte l’organisateur communautaire du Comité Stéphane Moreau.

Le Comité logement Rive-Sud invite les locataires à la prudence en cette période de renouvellement des baux, leur suggérant entre autres de s’assurer de trouver un nouveau logement avant de mettre fin à leur bail actuel.

«Les locataires doivent également être à l’affut des stratagèmes malhonnêtes de certains propriétaires qui veulent chasser les ménages de leur logement pour hausser le loyer en profitant de la situation», ajoute le Comité.

(Source: Comité logement Rive-Sud)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des