L’équilibre entre sauver des vies et offrir une qualité de vie

Photo de Yanick Michaud
Par Yanick Michaud
L’équilibre entre sauver des vies et offrir une qualité de vie
François Legault (Photo : Capture d'écran)

François Legault tente constamment de trouver un équilibre entre le fait de sauver le plus de vies possible et offrir une meilleure qualité de vie aux Québécois.

« Il n’y a pas de guide des opérations pour gérer des pandémies. Nous regardons les tendances ailleurs. Il faut aussi voir ce qui se passe par région. Et depuis le début, nous avons toujours suivi et même fait plus que les recommandations de la Santé publique. Mais le grand défi c’est d’éviter les rassemblements. Nous devons garder fermés les endroits qui offrent des opportunités de rassemblement», explique le premier ministre.

S’il dit comprendre que les citoyens développent des problèmes de santé mentale, il veut demeurer prudent. «Ce n’est pas une bonne idée pour l’instant de rouvrir les restaurants, les gyms et les salles de spectacles. Chaque jour, je remets en question nos décisions. Et je fais mon possible pour prendre les meilleures décisions pour les Québécois», lance François Legault, avouant qu’il n’y a pas une recette parfaite.

Des rencontres un à la fois

Il suggère d’explorer la possibilité, pour des étudiants par exemple, de réaliser des rencontres en un à un. «Des étudiants qui passent des journées, seuls à la maison, qui sont en cours à distance. J’ai demandé à mon équipe un assouplissement pour des rencontres individuelles. Une personne à la fois», expose le premier ministre qui déplore 1138 nouveaux cas et 28 vies fauchées supplémentaires dans les 24 dernières heures.

«La bataille n’est pas gagnée. Ça continue d’être difficile. Surtout pour certaines régions comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean ou Lanaudière Nord par exemple. Nous allons continuer de suivre les résultats», plaide-t-il.

Garder une belle entente avec les Américains

Suggérant un aparté pour parler des élections américaines, François Legault propose de tirer des leçons de ce qui se passe chez les voisins du Sud. «Le vote massif. Les gens sont surpris. On se questionne. Mais ça montre entre autres, une grande anxiété économique. Les gens ont peur de perdre leur emploi», croit-il.

Mais il claironne que, peu importe qui gagne, les États-Unis vont toujours rester un partenaire économique crucial. «Nous avons un surplus de 20 G$ grâce aux échanges commerciaux avec eux. Nous avons toujours eu de bonnes relations d’affaires avec les états du Nord-Est. Et maintenant il y a des opportunités exceptionnelles d’augmenter nos exportations en Californie ou au Texas. Nous réfléchissons sur des façons de mieux travailler avec eux. Il est essentiel de garder de bonnes relations économiques», affirme le premier ministre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires