Les deux solitudes de Greenfield Park

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Les deux solitudes de Greenfield Park
Le bureau d'arr. de Greenfield Park (Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

La barrière de la langue ajouterait aux difficultés de certaines personnes en situation de vulnérabilité dans l’arr. de Greenfield Park. Ce dernier comprend une importante communauté anglophone ainsi que la proportion la plus importante de personnes immigrantes des trois arrondissements de Longueuil.

Il s’agit d’un des nombreux constats qui ressort du portrait social de l’arrondissement produit par la Corporation de développement communautaire de l’agglomération de Longueuil (CDC AL) et dévoilé l’automne dernier.

L’image qui en ressort en est une d’un arrondissement porteur d’une dualité linguistique et géographique unique.

«D’une part, des communautés anglophone et francophone résident dans les deux zones, mais celles-ci semblent cohabiter sans vraiment se connaître, peut-on lire dans le portrait. D’autre part, le territoire est scindé en deux secteurs par le boul. Taschereau, soit le Vieux et le Nouveau Greenfield Park, qui ont des caractéristiques différentes.»

Ainsi, la concertation semble peu développée dans l’arrondissement, note la CDC AL.

Des soins et services inégaux

Pour les citoyens consultés par la CDC AL, la proximité de plusieurs cliniques médicales, du CLSC et de l’Hôpital Charles-Le Moyne sont évidemment un avantage pour l’arrondissement. L’accès aux soins de santé serait cependant difficile pour les personnes qui n’ont pas de voiture, notamment les aînés.

Par ailleurs, bon nombre des aînés d’expression anglaise souffriraient d’isolement social en raison de la barrière de la langue, qui rendrait également plus ardu leur accès aux services de santé et de transport.

Côté commerces, alors que le Vieux Greenfield Park en compte plusieurs à distance de marche, le nouveau secteur est presque exclusivement résidentiel, sa zone nord-est étant même qualifiée de «désert alimentaire» par la CDC AL.

«L’absence de commerces de proximité peut participer à l’isolement social des personnes n’ayant pas accès à une voiture, comme les aînés, mais aussi les personnes en situation de handicap, les personnes à faible revenu, etc.» peut-on lire dans le portrait.

Des citoyens participants ont entre autres dit souhaiter que le sentiment d’appartenance à Greenfield Park soit mieux reconnu et soutenu par la Ville de Longueuil.

La situation est similaire en ce qui a trait aux activités culturelles. «Tout se fait dans le Vieux Greenfield Park», ont déploré les citoyens participants.

Lors des consultations, des citoyens du Nouveau Greenfield Park ont par ailleurs déploré la vétusté du centre communautaire René-Veillet, dont la rénovation serait prévue prochainement.

Parmi les besoins sportifs, culturels et de loisirs identifiés par l’ensemble des participants, on retrouve une piscine intérieure et des jeux d’eau pour enfants; un lieu de rencontre pour les aînés; le prolongement des heures d’ouverture de la bibliothèque; une plage horaire élargie pour le patinage libre à l’aréna; et l’aménagement d’un jardin collectif et d’un parc à chien.

Des freins au transport actif

Si le milieu de vie du Nouveau Greenfield Park est bien situé dans un contexte de déplacements motorisés, ses rues peu connectées entre elles et ses entrées limitées ne favorisent pas la mobilité active. À l’opposé, le Vieux Greenfield Park, issu d’un développement urbain antérieur à l’automobile, offre une interconnexion de voies favorisant les déplacements actifs entre les quartiers.

Malgré tout, les citoyens des deux secteurs de l’arrondissement consultés par la CDC AL ont identifié des freins au transport actif, dont le manque de pistes cyclables et la discontinuité du réseau; le manque d’entretien des trottoirs et des tronçons de trottoirs manquants; et l’éclairage insuffisant.

En ce qui a trait au transport en commun, s’ils considèrent la desserte du Réseau de transport de Longueuil (RTL) pour rejoindre Montréal aux heures de pointe comme efficace, les participants soulignent que l’offre de service hors pointe est insuffisante pour se déplacer ailleurs sur le territoire.

Notons que 32,7% de la population de 15 ans et plus de l’arrondissement qui occupe un emploi utilise le transport en commun, le vélo ou la marche pour se rendre au travail; une proportion supérieure à celle des deux autres arrondissements de Longueuil (30,9% pour l’arr. du Vieux-Longueuil et 23,6% pour l’arr. de Saint-Hubert).

Peu d’organismes et peu de relève

Selon la CDC AL, le territoire limité de l’arr. de Greenfield Park pourrait expliquer le peu d’organismes qu’on y retrouve. On ne compte en effet que trois organismes offrant des services sociocommunautaires à l’échelle régionale dans l’arrondissement. Des organisations en lien avec des communautés religieuses et au moins un groupe d’entraide y offrent également des services de dépannage alimentaire aux citoyens en situation de vulnérabilité.

Évidemment, d’autres organismes communautaires des territoires environnants offrent des services aux citoyens de Greenfield Park.

«Le manque de relève chez leurs bénévoles, souvent des personnes retraitées, pourrait fragiliser la pérennité des services», ajoute la CDC AL dans son portrait.

 

Greenfield Park en bref

  • Superficie : 4,6 km2
  • Population : 16 965 personnes
  • 62,2% de la population habite le Vieux Greenfield Park
  • 35,6% de la population est d’expression anglaise
  • 24,3% de la population est née à l’extérieur du Canada
  • 40% des personnes immigrantes sont d’expression anglaise
  • 50% des personnes immigrantes parlent une langue non officielle à la maison
  • 32,9% des ménages sont locataires
  • 40% des ménages comptent des enfants
  • 11% des ménages sont des familles monoparentales, dont 80% sous la responsabilité de la mère
  • 32,1% des ménages sont composés d’une seule personne
  • 13,6% des ménages sont à faible revenu
  • Revenu personnel médian (après impôt) : 28 421$
  • Revenu médian des ménages (après impôt) : 53 340$
  • Revenu médian des ménages avec enfants (après impôt) : 72 943$

 

Méthodologie

Au printemps 2018, afin de bien identifier les priorités dans la lutte à la pauvreté sur son territoire, la CDC AL amorçait ses démarches pour tracer le portrait de l’arr. de Greenfield Park.

Une agente de recherche, soutenue par les agentes de développement de la CDC AL, a mené neuf entrevues individuelles ou de groupes, quatre sondages terrain, un atelier avec des enfants de 9 à 12 ans et deux conversations de quartier, permettant de récolter des données qualitatives et de rejoindre plus de 250 personnes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires